Bukavu : Hôpital Général de référence de Bukavu, calvaire des malades

Depuis un temps, les malades se plaignent de la surfacturation des soins à l’hôpital général provincial de référence de Bukavu et critique la prise en charge.

Selon certains malades, ils sont surpris par la surfacturation dont ils sont victimes pourtant les médicaments que l’hôpital utilise pour leurs soins sont achetés par le malade lui-même.

« J’ai été admis ici pendant six jours, ils me demandent de payer 239$, pourtant j’achetais tous les médicaments qu’ils utilisaient. moi-même, ce qui m’a surpris, c’est la facture qu’ils m’ont donnée pour ces six jours », déclare Chirimwami l’un des malades.

Contacté à ce sujet, un agent de l’hôpital général qui a requis l’anonymat, explique.

« Cette surfacturation s’explique par le fait que l’hôpital ne bénéficie d’aucune subvention de la part de l’état alors que son personnel soignant est composé par des médecins spécialistes et non des généralistes. Cette situation amène l’hôpital à majorer ses factures pour bien encadrer ses spécialistes, aussi l’Energie électrique est une denrée rare dans la ville, nous utilisons trop souvent le groupe électrogène, ce qui nous amène à consommer beaucoup de carburant ».

D’autres malades par contre se plaignent de la prise en charge, qui, une fois non en règle avec la finance, ils sont négligés et n’accèdent pas aux soins, l’une d’elle se plaint.

« Je suis ici depuis six mois, à mon arrivée, ils m’avaient demandé de payer 100$ de caution, quand je n’étais pas prête avec l’argent ils m’ont menacé de me chasser au lit, depuis lors, ils ne m’ont plus soigné, une semaine après mon arrivée, ils m’ont exhibé une facture de 500$, ils m’ont arraché les couvertures de lit pourtant je viens de Kalonge », explique Faridji Musimbi, une malade admise à l’HGRB.

Pour sa part, le Directeur de Nursing adjoint Mukuta, rejette en bloc toutes ses accusations, selon lui « L’hôpital soigne le malade venant de toute part avec éthique et déontologie, nous soignons même des malades sans identités et indigents qui sont amenés à l’hôpital par les éléments de la police, ce qui est sûre, après avoir admis un malade à l’hôpital, nous demandons une caution de 100$ pour dix jours aux soins intensifs et 50$ pour dix jours aux urgences et cela après avoir intervenu ».

Notons que l’hôpital général de référence de Bukavu est sous la gestion du Diocèse catholique de Bukavu.

Pascal Kamanzi

1 thought on “Bukavu : Hôpital Général de référence de Bukavu, calvaire des malades

  1. Ce qui est sûr l’hôpital général de Bukavu c’est un pure calvaire pour le malade je suis sincère dans ce que vous présente maintenant , il y a pas une semaine un membre de ma famille gémissait a l’hôpital général car les soi-disant médecin ont manifesté leurs incompétence dans les traitements du malade. Alors chose pure la personne a rendu l’âme . Mais ils nous ont donner la facture de 3000$ après trois semaines. Je vous assure a aucun jours ils ont donné un comprimé de leurs mains au malade. Ils ont fait le scanner au malade ils n’ont pas donner les résultats du scanner et on a payé 250$ pour ça .je pense que leurs scaner ne fonctionne pas c’est un moyens de tromper les malades pour trouver de l’argent . mais vous vous imaginer comment les malades souffrent la et d’outres arrivent a perdre la vie par manque des soins . Nous prions a l’autorité de prendre en mains l’hôpital car mal gérer aujourd’hui et les gens y laissent leurs vie .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench