Bukavu : Ça tire de partout


La ville de Bukavu s’est réveillée sous tension ce vendredi 16 février. Les habitants pleurent leurs morts sur l’avenue industrielle dans la commune de Kadutu et d’autres sur l’avenue Albert Kayabu dans la commune d’Ibanda. En effet, des bandits lourdement armés ont abattu trois personnes dont un cambiste et deux boutiquiers, dans la soirée de jeudi 15 février.

Pour exprimer leur désolation, les habitants sont descendus dans la rue. Des routes barricadées, pas de marché, quelques écoles fermées, la circulation interrompue depuis la place appelée « deux poteaux » jusqu’à l’entrée du grand-marché de Kadutu dans la commune portant le même nom.

La tension est perceptible. Des habitants exigent la sécurité des personnes et de leurs biens. Une foule immense en direction du gouvernorat de province veut, coûte que coûte, exprimer leur indignation au Chef de l’exécutif provincial, le Gouverneur du Sud-Kivu.

« Trop c’est trop. Nous avons droit à la vie. Donnez-nous la sécurité », s’est exprimé en sanglotant, un membre de la famille du cambiste assassiné sur avenue Industrielle.

Même son de cloche à Nguba, au quartier Nyalukemba où deux boutiquiers ont été abattus par balles sur l’avenue Albert Kayabu aux environs de 19heures. La route est barricadée depuis la place Mulamba jusqu’à la frontière. Pas de marché, une psychose au sein de la communauté.

Des éléments de l’ordre circulent toute la ville pour contenir les manifestants mais en vain. Ils tirent des gaz lacrymogènes, des balles en l’air pour disperser les populations en colère.

A noter que des hommes armés habillés tantôt en tenue civile tantôt en militaire tuent, pillent, désolent en ces jours dans la ville de Bukavu. L’insécurité bat son plein, le peuple ne sait à quel saint se vouer.

Patrick Kambale

COMMENTS

Leave a Comment