Sud-Kivu : L’ex-ministre Luc Mulimbalimba met en garde le Gouverneur Nyamugabo et menace de saisir la justice

Près d’un mois après sa démission au Portefeuille de l’Intérieur en province du Sud-Kivu, le ministre honoraire Luc Mulimbalimba sort de son silence. Désormais, le torchon brûle entre les deux autorités de la Majorité présidentielle. Le ministre accuse le gouverneur de province Claude Nyamugabo d’être l’instigateur d’injures et calomnies dont il est victime par des agents de la cellule de communication du gouvernorat du Sud-Kivu et entend initier une action en justice pour obtenir réparation.

En effet, le ministère a jeté le tablier, depuis le 08 juin dernier, pour des raisons telles que la séquestration des frais destinés à la sécurisation de la province, l’ingérence du gouverneur dans ses attributions au sein du ministère des affaires coutumières et affaires foncières.

Inscription ISJC

« Plutôt que de démentir cette triste réalité qui continue de tirer la province du Sud-Kivu vers le bas, monsieur le gouverneur du Sud-Kivu s’est contenté de déchainer sa cellule de communication contre ma personne. Certains de ses prétendus communicateurs, foulant aux pieds les règles les plus élémentaires de la déontologie communicationnelle, se sont permis de me calomnier à longueur des journées dans les réseaux sociaux et sur les différents médias de la province du Sud-Kivu et de Bukavu en particulier », lit-on dans une correspondance du Dr Luc Mulimbalimba adressée au Président de la Chambre basse du Parlement et Secrétaire de la Majorité présidentielle.

Quelques heures après voir dévoilé ses raisons, l’ancien ministre s’est vu sali par des agents du gouvernorat de province. Contre un silence, souligne-t-il, il a dû préserver l’image de la majorité présidentielle.

« Voyant l’issue incertaine de cet affrontement, plusieurs sages de la province du Sud-Kivu ont été envoyés pour me demander de laisser tomber cette affaire, afin de préserver l’image de la majorité présidentielle au Sud-Kivu. Sans discuter, j’ai exécuté ce conseil et me suis concentré sur mes activités parlementaires. Curieusement, Me Claude NYAMUGABO, se croyant plus malin, continuera à pousser certains membres de sa ténébreuse cellule de communication pour continuer à me calomnier sur les médias. Une infraction que je dénonce sérieusement », déplore-t-il.

En sa qualité de parlementaire, Mulimbalimba dit ne pas comprendre l’acharnement qui persiste entre lui et le gouverneur, tous deux cadres de la MP et fils de la province du Sud-Kivu.

« L’AFDC est un parti de la majorité présidentielle au même titre que le PPRD que sert actuellement Me Claude NYAMUGABO. […] Je proteste sur le fait que, monsieur le Gouverneur du Sud-Kivu, au lieu de s’attaquer aux cadres de l’opposition, utilise de façon malveillante certains de ses communicateurs à l’éthique et à la déontologie douteuse pour déstabiliser et calomnier un cadre de la majorité présidentielle de surcroit, un député national »,  ajoute le député national.

Nommé Secrétaire national en charge des partenaires au sein de son parti, l’AFDC, le Dr Mulimbalimba dit en avoir assez avec les récupérations des hommes du gouvernorat du Sud-Kivu. Il donne une mise en garde à Me Claude Nyamugabo et entend saisir la justice pour ce faire.

« Le dernier cas en date, c’est mon élévation aux fonctions de secrétaire National Adjoint chargé des partenariats Bi et Multilatéraux au sein de mon parti politique, l’AFDC par le professeur Modeste BAHATI LUKWEBO, Ministre d’Etat, Ministre du Plan et Autorité morale de l’AFDC. La jalousie et la haine ont poussé Me Claude NYAMUGABO à inciter ses « journalistes » à étaler au grand jour leur volonté de nuisance à mon encontre, affirmant injustement – la nomination d’un homme sans carrure ni charisme, – l’AFDC est un parti politique qui se trouve entre la vie et la mort, – l’AFDC est en soins intensifs, etc. L’ensemble des éléments susmentionnés m’obligent à lancer une mise en garde contre Me Claude NYAMUGABO, Gouverneur de la province du sud Kivu qui, en sa qualité de juriste, sait bien que la dénonciation calomnieuse est une infraction punissable par la loi congolaise », martèle Luc MULIMBALIMBA, se confiant à la sagesse du patron de la MP.

« Voilà pourquoi je viens auprès de votre personnalité en qualité de fédérateur des partis de la majorité, vous demander d’user de votre sagesse auprès de Me Claude Nyamugabo pour qu’il cesse de s’attaquer injustement aux cadres de la Majorité Présidentielle et ne pas faire le lit de l’opposition en province du Sud-Kivu. Le cas échéant, je me réserve le droit de porter l’affaire devant la justice de notre pays afin d’obtenir réparation », conclu-t-il.

Ishara Masirika.

Inscription ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.