Sud-Kivu : Le collectif Amka Congo en guerre contre la taxe de 500fc perçue par la DGM au port

C’est depuis un moment qu’il s’enregistre des cris d’alarmes des voyageurs lacustres qui déplorent le payement de la taxe illégale de 500FC perçue par la Direction générale de migration, DGM en sigle. Opportunité pour les mouvements citoyens et certaines organisations membres de la société civile du Sud-Kivu (Il est temps, OBAPG-RDC, Pomba solution, TELEMA etc.), réunis au sein du collectif AMKA CONGO de dénoncer et demander l’annulation de cette taxe dans le plus bref délai.

Rassembler devant les bureaux de la DGM ce jeudi 04 juillet 2019 après avoir facilité ce matin les voyageurs d’entrer dans des bateaux sans payer le 500fc comme d’habitude, ces manifestants se disent touchés par ce qu’ils qualifient d’antivaleur au sein du travail de la DGM.

« Nous voulons demander à la DGM d’arrêter avec le 500fc qu’elle exige à chaque voyageur au port ; nous voulons aussi demander à cette institution d’afficher dans tous ses bureaux le prix réel des documents et autres titres de voyage avec la suppression de 3000Fc supplémentaires qu’elle demande à chaque détenteur de la CEPGL (Communauté économique des pays des grands lacs) », explique Amos Bisimwa, militant du mouvement citoyen OBAPG/RDC, membre du collectif Amka Congo.

Ces manifestants sollicitent également à la DGM de cesser avec les photocopies de carte d’électeur aux frontières pour ceux-là qui traversent pour les pays voisins, car selon eux, il est impossible de demander la photocopie et la carte originale puis jeter la photocopie une minutes après.

Nos multiples efforts fournis pour contacter à ce sujet le Directeur général de la DGM Sud-Kivu, afin d’éclaircir l’opinion sur les allégations de ces manifestants ; ont été restreints à néant par ce dernier, qui n’a même pas promis de se prononcer quand à ce.

Tout en appelant la population de se ranger derrière la lutte des mouvements citoyens, ces manifestants font savoir que plusieurs actions pacifiques seront projetées, ceci pour amener selon eux, la DGM à revenir à la raison.

Elie Bigaba, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.