Sud-Kivu : Des habitants de Mumosho et Mudusa accusent la PHARMAKINA d’avoir spolié leurs terres

Des habitants des groupements de Mumosho et Mudusa dans le territoire de Kabare au Sud-Kivu dénoncent avec amertume les actes de spoliation de leurs terres arables ainsi que leurs habitations par des personnes qui se présentent sous casquette de la Société PHARMAKINA et ses responsables. Ils demandent l’implication personnelle de l’autorité provinciale pour qu’ils soient remis dans leurs droits. Pour exprimer leur mécontentement, ces derniers sont descendus dans les rues de Bukavu ce vendredi 28 août 2020.

Dans leur mémorandum adressé au gouverneur de province, ces habitants se disent être consternés de voir que la Société PHARMAKINA a reçu une plantation d’une étendue de 67 hectares au village d’Igaza mais ensuite elle s’est accaparée des champs et des habitations de la population.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ces manifestants s’étonnent de voir qur cette société pharmaceutique a miraculeusement aujourd’hui 138 hectares dans la plantation de Bumba dans la même contrée pourtant n’ayant pas aucun acte de vente de membres de cette population et ne dispose selon eux qu’un certificat foncier frauduleux.

« Nous sommes très surpris de constater que la PHARMAKINA a saboté l’Etat congolais et s’est moqué du peuple congolais en vendant des portions des terres aux particuliers en faisant des lotissements des terres de la plantation de Kaleke, villages de Nyantende et d’Ihemba, qu’elle avait obtenue de l’Etat congolais sous un contrat d’emphytéose qui a d’ailleurs expiré. Ceci sous l’œil passif et incompréhensible de votre autorité provinciale qui étonne chaque citoyen qui vit ces faits. Face à cette moquerie, nous venons massivement excellence vous demander pourquoi vous taisez-vous devant cette menace qui rune très dangereusement les vies de plus de 200.000 personnes qui habitent les groupements de Mumosho et Mudusa ? », demandent ces manifestants dans leur mémorandum.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans ce même document, ces habitants demandent l’implication personnelle de l’autorité provinciale dans l’annulation de tous les certificats fonciers qu’ils qualifient de frauduleux dont disposent la PHARMAKINA et ses complices et qui selon eux arrachent à la population l’avantage dont elle doit naturellement jouir et l’expose à la paupérisation et à la famine.

Ces derniers demandent également au gouverneur de province de convoquer le plus urgemment possible une table ronde impliquant la Société PHARMAKINA et la population victime des spoliations de ses terres de Mumosho-Mudusa.

De son côté, le directeur adjoint de cabinet du gouverneur de province Daniel Lwaboshi qui a réceptionné ce mémorandum, a promis aux manifestants de le transmettre à qui de droit avant de les remercier d’avoir manifesté pacifiquement.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.