Sud-Kivu : 4 détenus meurent en 3 jours à la prison centrale de Bukavu

Quatre prisonniers sont morts à la prison centrale de Bukavu au Sud-Kivu. Les tortures et l’épidémie de choléra déclarée dans ce lieu carcéral sont citées parmi les causes. Selon nos sources, ces décès ont été enregistrés successivement du 11 au 13 février 2023.

A son sein, on dénonce la responsabilité du médecin et directeur de ce lieu pénitentiaire qui, selon nos sources, ne facilitent pas la prise en charge médicale des prisonniers.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

“Les soignants reçoivent des corps sans vie venues de la cour centrale dont les causes sont ignorées, l’épidémie de choléra qui permet de couvrir la vraie cause de ces décès, ne provoque pas une mort subite pour que les relais communautaires formés dans chaque cellule assistent impuissament un détenu qui fait des diarrhées jusqu’à mourir sans même un coup de téléphone pour alerter à l’extérieur”, dénonce notre source.

Le médecin directeur de la prison centrale de Bukavu qui s’est confié à nos confrères de libregradlac.com, confirme le décès de 4 prisonniers et parle d’une épidémie de choléra déclarée depuis le 11 février 2023 comme cause principale. Il affirme qu’à ce jour, 20 cas suspects de choléra ont été identifiés et selon les premiers résultats de sept tests réalisés à l’hôpital Général Provincial de Bukavu, 1 cas a été testé positif à l’épidémie du choléra. Il souligne que l’épidémie a été maîtrisée grâce au concours des autorités provinciales et des partenaires.

Par ailleurs, il dit ne pas être informé sur les cas de tortures dans la prison centrale de Bukavu.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Nous avons tenté en vain de joindre à ce sujet le directeur de ce lieu carcéral, mais selon un rapport publié par un partenaire de la prison centrale de Bukavu que libregrandlac.com a exploité, les détenus de cette maison carcérale subissent des tortures de toute forme.

Avec libregrandlac.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.