RDC : Journaliste en danger (JED) annonce un bilan inquiétant de la liberté de la presse sous Félix Tshisekedi

En République démocratique du Congo, depuis la prise de pouvoir par le nouveau Président Félix Antoine Tshisekedi, en terme de statistiques, le Journaliste en danger, JED a déjà recensé un total de 91 cas d’attaques ou d’atteintes à la liberté de la presse. Révélation faite dans son nouveau rapport de monitoring publié à Kinshasa et intitulé : « Le bilan inquiétant de Tshisekedi sur la presse ».

Assassinat, menaces de mort, agressions et arrestations des journalistes, fermetures des médias, tel est le bilan inquiétant de la presse sous Félix Antoine Tshisekedi, alors qu’il célèbre ce vendredi 24 janvier 2020, la première année de son accession au pouvoir.

« 1 journaliste a été assassiné dans la province de l’Ituri. 41 professionnels des médias ont été soit menacés soit agressés dans l’exercice de leur profession en toute impunité ; 35 cas d’entraves à la libre circulation de l’information ou censures ont été imposés aux médias et aux journalistes ; 14 journalistes ont été détenus ou interpellés dans divers services de l’Etat pendant des périodes plus ou moins longues dont un journaliste qui totalise à présent près de deux mois de détention en prison », fait savoir JED.

Dans ce rapport, JED fustige aussi les promesses non tenues du nouveau Président et de son gouvernement qui n’ont rien fait pour rendre plus sûr l’exercice de la liberté de la presse, alors que le Président Tshisekedi s’était engagé précisément à ” promouvoir la presse et les médias pour en faire véritablement un quatrième pouvoir “, et à sensibiliser les forces de sécurité sur le respect de la presse et du travail des journalistes.

Ainsi, JED constate qu’aucune action d’envergure n’a été prise, ni sur le plan politique, judiciaire, ni sur le plan sécuritaire, pour rendre plus sûr l’exercice du métier de journaliste.

Eu égard à cette situation, Journaliste en danger recommande aux autorités de la République, de réformer sans délai, le cadre légal répressif actuel, à savoir, la Loi N°002 du 22 juin 1996, portant modalités de l’exercice de la liberté de la presse, en consacrant la dépénalisation des délits de presse afin que les journalistes puissent exercer sereinement et librement leur indispensable rôle de quatrième pouvoir.

Celui-ci demande aux décideurs de mettre fin à l’impunité des crimes commis contre les journalistes en relançant les enquêtes sur les journalistes assassinés pendant et après la période de l’ancien régime.

Rachel Rugarabura, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.