Nord-Kivu : deux autres militaires sud-africains tués à Sake

Au moins deux soldats sud-africains de la force régionale SADC sont morts et vingt autres blessés dans l’Est de la RDC. Mardi 25 juin 2024, une des bases de la force Sami-RDC, la mission de la SADC, a été attaquée à Sake.

C’est bilan est contenu dans un communiqué de l’armée sud-africaine publié ce mercredi 26 juin qui a confirmé l’attaque de la base de Saké, situé à l’ouest de la ville de Goma.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Au cours de cet incident, des soldats sud-africains sont morts et 20 autres ont été blessés. L’armée sud-africaine ne dit rien concernant les auteurs de cette attaque. Ce qui est considéré comme le dernier verrou pour atteindre la vie de Goma.

L’armée congolaise appuyée par les forces des soldats de la force de la Communauté de développement de l’Afrique australe déployée en RDC (Sami-RDC) fait face dans cette zone aux rebelles des M23 soutenus par le Rwanda qui occupent des positions stratégiques sur les hauteurs de Sake.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

L’armée sud-africaine (SANDF) avait déjà confirmé la perte d’un soldat le 30 mai au cours des affrontements avec les rebelles du M23 près de la cité de Sake. Treize autres militaires avaient été blessés.

Deux autres soldats sud-africains ont été tués le 14 février et trois autres blessés après avoir été atteints par une bombe de mortier ciblant leur base militaire.

En visite dans cette province depuis ce mercredi, la Première ministre Judith Suminwa a promis aux populations du Nord-Kivu des solutions aux problèmes sécuritaires et humanitaires qui minent leur province.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.