Massacres de Kipupu/Sud-Kivu : Des communautés de Fizi, Uvira et Mwenga sollicitent l’implication de Félix Tshisekedi

Des habitants des communautés des Babembe, Bafuliru, Banyindu et Bavira condamnent avec amertume les massacres perpétrés par les groupes armés Gumino et Twirwaneho dans les hauts plateaux des territoires de Fizi, Uvira et dans le secteur d’Itombwe à Mwenga. Ainsi Ils demandent l’implication du chef de l’État.

Pour exprimer leur mécontentement, ces habitants ont manifesté dans la rue de Bukavu ce vendredi 31 juillet 2020 allant de l’hôtel de poste jusqu’à l’Assemblée Provinciale où ils ont déposé leur mémorandum adressé au président de la République.

Dans leur mémo, les manifestants s’indignent de voir que les auteurs de ces actes criminels se transforment par ruse, en victimes.

« C’est regrettable et très inquiétant de constater que les auteurs de ces massacres n’ont jamais été poursuivis par les instances compétentes tant nationales que internationales. Une situation inacceptable est de constater aussi que les auteurs des crimes sont dans un projet de conquête de notre espace », peut-on lire dans ce mémorandum.

Dans ce même document adressé à Felix Tshisekedi, les manifestants demandent au gouvernement central de prendre des mesures pour décourager et faire échec à ce projet qu’ils qualifient de macabre.

Ces derniers demandent également au gouvernement de déclarer cette partie du territoire national comme zone sinistrée, de renforcer les déploiement des unités des forces armées de la RDC “FARDC” dans cette partie de la province pour anéantir les groupes armés et protéger la population civile ainsi qu’identifier et traduire en justice les auteurs des crimes.

Ils invitent par ailleurs, le gouvernement provincial d’intervenir et sensibiliser les humanitaires dans une action d’assistance aux déplacés dans cette partie de la province en vivres et non vivres.

De son côté, le président de l’Assemblée provinciale Zacharie Lwamira qui a réceptionné ce mémorandum, a promis aux manifestants de le transmettre à qui de droit avant de leur présenter ses condoléances.

Pour rappel, les massacres de Kipupu avaient été perpétrés le 16 juillet 2020 par les éléments du groupe armé Gumino sous, selon certaines sources, le commandement du colonel en défection Michel Rukunda Makanika causant ainsi plusieurs morts et blessés.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.