Massacres de Kipupu : Le Groupe Jérémie déplore l’irresponsabilité de l’état Congolais

Le groupe Jérémie, une structure de défense et de promotion des droits humains condamne énergiquement les massacres perpétrés contre des civiles à Kipupu dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu. Ceci avant d’adresser ses vœux de condoléances les plus émues à toutes les familles victimes de ces hostilités.

Dans une interview nous accordée ce jeudi 30 juillet 2020, le responsable du groupe Jérémie, Monsieur Jean-Moreau Tubibu déplore ces tueries et fustige ce qu’il qualifie d’inaction du gouvernement face à ces actes de barbarie contre la population.

« Quel que soit le nombre, pour dire que même un seul mort c’est un mort de trop puisque c’est un citoyen congolais, c’est une vie massacrée pour rien. En tant que défenseur des droits humains ça en est trop. Nous avons rencontré des rescapés de ce massacre qui étaient traumatisés, effarés. C’est avec amertume que nous notons l’absence de l’autorité de l’Etat à Kipupu puisqu’il y a pas d’armée, pas de police », déplore Jean-Moreau Tubibu.

Notre source condamne ce qu’elle qualifie d’irresponsabilité de certains élus du peuple qui ayant tous les les moyens pour arriver sur le lieu du drame mais se fient à des rumeurs qu’ils propagent sans pour autant chercher à s’enquérir de la vraie réalité vécue par la population.

« Nous commençons à voir que nous avons des élus du peuple qui sont peu responsables et très peu crédibles parce que ce sont des élus qui ne tiennent qu’aux rumeurs. Ils y sont allé que plus tard dans la délégation du gouvernement provincial soit 12 jours après. C’est un signe d’irresponsabilité. Cependant ils ont communiqué sur des statistiques non vérifiées car nous avons rencontré certains rescapés de ce massacre, qui nous ont informé qu’il n’y a pas eu 200 morts, pas même 50, encore moins 20 morts, c’est-à-dire pas plus de 15 morts ».

Rappelons que ce massacre était perpétré le 16 juillet dernier par les éléments du groupe rebelle du colonel Mikanika qui a déserté de l’armée régulière pour former une milice dans les hauts plateaux, selon certaines sources.

Alpher Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.