José Emina (UDPS) : « je reste optimiste pour des élections en 2017 » (Interview)

José Emina, Présidente fédérale de l'UDPS au Sud Kivu. Ph. www.jambordc.info/ Cubaka Emmanuel

Lors d’une interview exclusive accordée à www.jambordc.info, José Emina, présidente fédérale ad intérim de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) Sud-Kivu a précisé que sa fédération attend les décisions du siège national du parti qui fixe toutes les modalités à suivre au sujet de l’actualité au sein du parti cher au feu Tshisekedi wa Mulumba.

Comment vous préparez-vous pour les funérailles d’Etienne Tshisekedi ?

« A notre niveau, nous ne pouvons rien programmer. Nous attendons que le siège national nous fixe les lignes de conduite et c’est alors que nous allons nous préparer en conséquence. Néanmoins, il y a des actions que nous menons ensemble avec le Rassemblement car Tshisekedi n’appartenait plus seulement à l’UDPS mais au Rassemblement et à toute la nation congolaise »

Vous avez promis d’organiser un congrès pour élire un nouveau président du parti, où en êtes-vous ?

« Selon nos statuts, 30 jours après le décès on doit convoquer un congrès. Mais, étant donné que le président Tshisekedi n’est pas encore enterré, on ne peut pas tenir le congrès. Dès qu’il sera inhumé, 30 jours après les obsèques, on tiendra le congrès et nous pourrons désigner un nouveau capitaine qui va conduire la grande navire qu’est l’UDPS »

Aujourd’hui le Rassemblement est divisé suite à l’élection de deux présidents du conseil des sages. Quelle est votre réaction ?

« Dans chaque groupe il y a toujours eu des brebis galeuses. Je considère Bruno Tshibala et Olenghankoy comme des brebis galeuses. Vous lisez les informations qui circulent sur internet que Félix Tshisekedi a eu le soutien de plus de 90% des membres du Rassemblement comme président et Pierre Lumbi Okongo élu au conseil des sages. Nous, au Sud-Kivu, nous ne pouvons que soutenir ceux-là que les officiels de notre plate-forme ont élevés à ces rangs »

La majorité vous accuse de freiner la désignation du nouveau premier ministre. Qu’en dites-vous ?

« Vraiment c’est beau à dire ! La majorité est habituée à violer les textes. Dans l’esprit de l’accord de la Saint Sylvestre, le Rassemblement doit présenter un candidat  premier ministre et le président le nomme. Mais la majorité cherche toujours à compliquer les choses et nous, au Rassemblement campons sur notre décision de respecter l’accord. Nous avons présenté le nom du premier ministre et nous attendons un seul résultat, sa nomination par le président de la République. Nous ne bloquons rien à ce sujet-là »

Pensez-vous que les élections auront lieu fin 2017 comme prévu alors que l’accord n’est pas jusque-là appliqué ?

« Je reste optimiste. Il suffira seulement qu’il y ait volonté politique, que le premier ministre issu de l’UDPS soit nommé. Conformément à l’accord, il mettra en place un gouvernement dont la mission est de préparer et conduire le peuple aux élections. Au niveau du Rassemblement, nous nous sommes assigné un objectif depuis Genval, de conduire le peuple congolais aux élections, rien que les élections et nous devons y parvenir »

A noter  que les tractations actuelles résultent de la disparition brusque d’Etienne Tshisekedi qui présidait le conseil des sages du Rassemblement au dialogue avec le pouvoir sous la facilitation des évêques catholiques. Ce dialogue qui a abouti à un accord politique signé entre les parties prenantes chargeait Etienne Tshisekedi de présenter un candidat du Rassemblement à la primature.

Cubaka Ndusha

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.