Insécurité : Les forces-vives du Sud-Kivu décrètent une journée ville-morte mardi 20 février

Les forces sociales et politiques de la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo se disent préoccupées par la recrudescence de l’insécurité dans la province. Pour compatir avec les familles éprouvées, les forces vives appellent à observer une journée ville-morte mardi 20 février prochain dans toute la province du Sud-Kivu. Par cette action, les organisateurs entendent rappeler aux dirigeants congolais la mission d’un Etat de protéger ses citoyens.

« Depuis près de quatre mois, la situation sécuritaire sur l’ensemble de la province du Sud-Kivu est précaire(…) Dans la soirée du 15/02/2018 entre 18h et 20heures, deux attaques presque simultanées sur l’avenue industrielle et à Nguba du coté Feu-vert. On a enregistré deux morts, cinq blessés, de l’argent et des biens emportés », lit-on dans une déclaration publique du 16 février.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Les signataires condamnent « une fois de plus » la violence dans laquelle la population a été réprimée par  l’armée et la police alors qu’elle exprimait sa contrariété face à cette insécurité.

« Le matin de ce 16/02/2018, la population de Bukavu a tenté de manifester son mécontentement face à cette insécurité en barricadant certaines routes. Les forces dites de l’ordre y ont répondu par une violence sans mesure avec arme létale et non létale, alourdissant malheureusement les bilans des victimes. Les policiers intervenant à Nguba se sont même livrés aux pillages des boutiques », déplorent-ils.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Selon eux, la destruction des habitations et l’expulsion des plusieurs centaines de familles assombrit davantage la situation sociale et sécuritaire des populations.

« A cette situation s’ajoute un état humanitaire et foncier préoccupant à Mbobero, provoqué par la volonté d’un seul citoyen, Mr Joseph Kabila qui a délogé plus de deux cents familles et les a jetées dans la rue (…) La cacophonie créée expressément dans les instituts supérieurs et universités par la mesure du gouvernement qui a troublé la paix dans le milieu académique à Bukavu », ajoutent-ils.

Ils condamnent le silence du gouvernement provincial qui, face au climat tendu dans la ville endeuillée depuis la soirée du 16 février, s’est déplacé pour un « pic Nic » dans un territoire.

« Devant ce tableau sombre (…) plutôt que de s’occuper de la situation tendue dans la ville de Bukavu depuis le matin, le gouverneur Nyamugabo a choisi d’aller faire son Pic-Nic à Kalehe avec son gouvernement », affirment-ils.

Les forces-vives du Sud-Kivu, « pour pleurer ces morts innocents et rappeler au gouvernement la mission principale de l’Etat qu’est la sécurité des citoyens » appellent la population à observer une journée ville-morte sur l’ensemble de la province, mardi 20/02/2018.

Les signataires invitent, par la même occasion, le peuple à la marche pacifique des chrétiens du dimanche 25 février 2018 qui partira de toutes les paroisses à partir de 12heures.

JM Mulume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.