Ghislain Barholere (Mouvement Filimbi): « Nous allons nous joindre au sit-in des vendeuses des souliers si rien ne fait par la mairie de Bukavu »

Passées toute une nuit à la belle étoile devant les portes de la mairie de Bukavu, les femmes vendeuses des souliers usagers ne jurent qu’à la remise de leur place de vente dans le marché de Kadutu, qui a été vendue par la mairie selon les sources concordantes. Inquiet de cette pratique de travailler de la mairie et indigné de ces femmes, le Mouvement Filimbi promet de se joindre à ce mouvement des femmes pour exiger au maire de la ville, de remettre ces vendeuses dans leur droit.

Dans une interview accordée à Jambordc.info, Ghislain Barholere, Coordonnateur provincial de ce mouvement, se dit indigné par la manière qu’il qualifie cruelle dont sont traitées ces vendeuses qui ont passé la nuit dans la route pour revendiquer la place où elles étalent leurs marchandises.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous avons trouvé nos mamans déshydratées, affamées et assises par terre parce qu’elles réclamaient que leur droit soit respecté. (…) Il est anormal que ces vendeuses soient délogées dans leur milieu de vente, elles ne vivent que de cette activité. Elles  gagnent moins d’un dollars par jour pour faire vivre leur famille. Nous ne pouvons pas accepter cela et veillerons que leur droit soit respecté », renseigne-t-il.

Si aucune mesure urgente n’est prise par l’autorité urbaine dans l’avant midi de ce vendredi 01 mars, le Mouvement Filimbi, annonce de poursuivre des actions de grande envergure avec ces femmes vendeuses et exigera une mise en place d’une nouvelle équipe à la mairie, ceci pour que justice soit faite.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Après échange avec Mama Elise, coordinatrice de l’association des femmes  vendeuses des chaussures de secondes mains au marché de Kadutu, le mouvement Filimbi déplore la manière  indigne  dont les femmes sont traitées par ceux qui sont censé les protéger. Le mouvement Filimbi de Sud-Kivu  promets de se joindre à leur mouvement  si aucune décision n’est prise par l’autorité urbaine dès ce vendredi 01/03/2019 avant midi », souligne Ghislain Barholere.

Il demande à la mairie de se pencher sur les réclamations légitimes de ces vendeuses et y répondre rapidement, dans le cas contraire  le mouvement Filimbi demande la mise en place de la nouvelle équipe à la mairie de Bukavu.

« Depuis 2002, la province de Sud-Kivu est  gérée par les fils du terroir incompétents et irresponsables. Il est donc temps que le pouvoir soit exercé par le souverain primaire. (…) La mairie doit donc prendre ses responsabilités  et céder la place à la nouvelle équipe dirigeante. Vaut mieux bien quitter les choses avant que les choses ne vous quittent », conclu notre source.

A noter que nous venons d’apprendre que ces femmes vendeuses ont été attaquées par les enfants vivant dans la rue, communément appelé « Maibobo ». Selon une source proche de ces femmes, ces enfants ont tabassées certaines femmes, qui seraient présentement à l’hôpital CELPA pour des soins.

Elie Bigaba 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.