Bukavu : Le nouveau parking des “badjaj” sur entrée hippodrome envahit le trottoir au risque de créer des accidents

Depuis l’interdiction notamment aux motos à trois pneus dites “badjaj” de circuler sur le boulevard Lumumba le 18 août dernier, les conducteurs de ces engins stationnent désormais sans respect des normes dans certains coins de la ville.

Selon le constat effectué par un reporter de jambordc.info ce mardi 25 octobre 2022, à Nyawera à l’entrée de l’avenue hippodrome, des motos à 3 pneus sont stationnées sur 3 lignes. Aux alentours, des déchets ménagers y sont abandonnés juste à côté. Ainsi, des piétons se recherchent pour trouver où passer soit à côté des ordures, entre les badjaj ou encore dans la route pour raison de manque d’espace.

Inscription ISJC

Jack Baguma usager de cette route indique que c’est inconcevable et inadmissible de constater qu’à présent dans certains coins de Bukavu, il n’existe plus la différence entre trottoirs pour les piétons, routes pour les engins roulants. Cette situation poursuit-il, créé du désordre pouvant conduire à des accidents de circulation et cela au vu et su des autorités compétentes.

“Nous nous indignons du fait qu’interdir aux badjadjistes la circulation sur le boulevard Patrice Emery Lumumba allant de la Ruzizi 1 jusqu’à labotte doit nous exposer nous entant que passagers. Plusieurs endroits sont désormais envahis pas ces conducteurs qui apparemment ne sont plus contrôlés. Sommes-nous responsables de leur situation pour subir? Sur la route allant vers hippodrome par exemple c’est terrible. Les badjadjistes rendent le trottoir des piétons que nous sommes un parking. Entre temps nous on fait comment? On passe dans la route pour que les véhicules nous passent dessus ?”, S’interroge sans réponses ce jeune d’une vingtaine d’années.

Même son de cloche pour Biluge Kulimushi Marie usager de ce tronçon qui recommande aux autorités de prendre leurs responsabilités.

“Je demande aux autorités de prendre des mesures notamment exhorter aux policiers de circulation routière de les déguerpir de là ou qu’on trouve un endroit spécifique la où ils peuvent stationner comme par exemple les motards qui s’alignent à l’entrée du quartier latin sans forcément inquiéter les passants”, ajoute-t-elle.

Entre temps, tous les usagers continuent à utiliser cette route malgré les risques signalés et à chacun de faire preuve de prudence.

Deo Kulila

Inscription ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.