Bagira : La société civile s’insurgent contre le silence observé dans la réhabilitation des escaliers « Bwindi »

La société civile noyau communal de Bagira déplore le silence observé dans la réhabilitation des escaliers « Bwindi ». Pour cette structure citoyenne, il y a plus de 6 mois que le Gouverneur de province avait promis donner des moyens pour réhabiliter ces escaliers mais rien n’a été fait jusqu’à présent.

Apres plusieurs lettres adressées aux différents autorités provinciales pour obtenir la reconstruction de ces escaliers, la société civile constate que, ni le chef de quartier, ni le bourgmestre, ni le gouverneur, personne ne s’y met pour sauver les vies des habitants  se trouvant tout le long de ces escaliers.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

«Nous constatons un mensonge, une grave démagogie du Gouverneur de province Claude Nyamugabo qui est venu mentir devant toute la population de Bagira, qu’il rendra disponible des moyens pour la reconstruction de ces escaliers, il y a de cela plus de six mois… Plus nous l’attendons, plus ces escaliers continuent à causer des dégâts… nous nous demandons, comment tout un gouverneur peut mentir ou se faire plaisir de tromper le peuple qu’il prétend administrer…», s’indigne Gentil Kulimushi, président de la Société civile, Noyau communal de Bagira

Vu que ces escaliers causent d’énormes dégâts matériels et des pertes en vies humaines,  la société civile, appelle la population de s’y mettre et de participer aux travaux communautaires (Salongo) qu’elle organise pour essayer de mettre fin à cette situation.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous, comme citoyens, nous appelons tout habitant de Bagira, à venir massivement pour participer aux travaux communautaires que nous organiserons pour essayer de sauver de vie humaines qui sont en danger…», explique-t-il.

Le président du noyau communal de la société civile de Bagira précise que les travaux communautaires vont commencer incessamment pour prévenir les dégâts dont la population est victime.

Rachel Rugarabura

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.