Politique : « Ce n’est pas à Alain Atundu d’effacer l’infraction de Moise Katumbi pour favoriser Joseph Kabila », rétorque Théodore Museme (UDPS)

Les dernières déclarations médiatiques du porte-parole de la Majorité Présidentielle, Alain Atundu, sur la possibilité de Kabila à briguer un nouveau mandat en acceptant la candidature de Katumbi fâche l’opposition congolaise. En effet, le 10 mai dernier, Atundu, avait déclaré sur son compte twitter que « la majorité présidentielle est prête à accepter la candidature de Moise Katumbi à condition que celle de Joseph Kabila aussi soit validée ».

Pour l’opposition congolaise, cela est inacceptable et qualifie ces propos de fomentations politiques.

« S’il y a une infraction de droit qui a été commise par monsieur Moise Katumbi et qui l’empêche de postuler comme candidat, ce n’est pas à Alain Atundu d’effacer l’infraction de Moise Katumbi pour favoriser un autre citoyen que l’on appellerait monsieur Joseph Kabila », réplique Théodore Museme, porte-parole fédéral de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au Sud-Kivu.

Pour ce cadre de l’opposition, la Majorité fabrique de toutes pièces les infractions pour écarter Katumbi de se présenter aux prochaines échéances.

« Cela prouve à suffisance que les infractions pour lesquelles on poursuit Moise Katumbi ne sont pas des infractions sérieuses. Ce sont tout juste de formatages politiques. Parce que ça ne se comprend pas que l’on pose le fait d’effacer une infraction pour donner un avantage à un autre citoyen, pour donner un nouveau mandat à Joseph Kabila. C’est sont tout juste des mascarades »  explique-t-il.

L’opposant estime que la loi ne peut, en aucun cas, accepter cette situation proposée par Alain Atundu. Chacun devrait être responsable de ses actes et c’est à la justice de faire son travail.

« (…) cela ne peut pas arriver. Soit Katumbi est punissable si la loi le reconnait comme responsable de sa faute, et pas question de Kabila pour un autre mandat », conclut-il.

Pour rappel,  Moise Katumbi, président de la plate-forme « Ensemble »  s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle prochaine, quoi qu’étant sous le coup de plusieurs mandats de la justice congolaise.

Dès lors, sa candidature a créé un malaise à la Majorité présidentielle qui « fait tout pour l’écarter de la course » alors que les élections approchent.

 

Alfred Mukengere

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench