Traversée frauduleuse de deux filles Rwandaises à Bukavu, la société civile exige leur transfert aux instances judiciaires

La police nationale Congolaise, PNC a arrêté deux filles Rwandaises qui ont traversées frauduleusement la rivière Ruzizi via une pirogue dans la soirée de ce mercredi 16 décembre 2020 à Bukavu dans l’Est de la RDC. Une information confirmée par la société civile sous noyau de Nyalukemba qui demande l’ouverture d’un dossier judiciaire avant la libération de ces dernières, ceci pour qu’elles répondent de leurs actes.

« Il est 21h47′, deux filles rwandaises viennent de traverser avec les pirogues sur soit disant Ruzizi 2 sur avenue Hewa Bora dans le quartier Nyalukemba. Le service de bureau 2, la police et les cadres de base viennent avec nous, nous venons de les transférer ici au bureau de la police de proximité de la place Mulamba. Ces genres des filles ont traversées grâce à un militaire congolais bien armée et il à voulu tiré sur les policiers et cadres de base », peut-on lire dans une publication qui a alimentée les réseaux sociaux ce matin.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans une publication faite ce jeudi 17 décembre 2020, cette structure citoyenne du milieu fait savoir qu’il est incompréhensible que les étrangers traversent informellement les frontières du pays.

« La société civile vient d’être alerté de la situation des deux filles qui sont déjà dans la main de la police basée au quartier et demande la police de ne pas céder à aucune manipulation et intimidation pour libérer ces deux jeunes filles rwandaises à leur disposition cette nuit. Nous demandons qu’elles soient acheminées après audition devant les instances judiciaires », a dit Prince Amani Musemakweli, Rapporteur de cette structure citoyenne.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

À cette occasion, notre source demande à la population de Nyalukemba de veiller sur la surveillance des mouvements des populations étrangères et dénoncer tout cas suspect dans le quartier Nyalukemba.

Elie Bigaba, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.