Sud-Kivu : Sous des bombes lacrymogènes, la police disperse les manifestants

Sud-Kivu : Sous des bombes lacrymogènes, la police disperse les manifestants

Les mouvements citoyens, l’opposition et le comité laïc de coordination ont manifesté pour exiger l’application de l’accord de la Saint Sylvestre après la célébration eucharistique dite par l’archevêque de Bukavu ce dimanche 31 décembre 2017.

Peu avant la fin de la messe, une multitude des jeunes manifestaient dans la cours de la cathédrale de Bukavu. Au sortir de l’église, ils ont réussi à se rassembler dans la cours avant le début de la marche.

Inscription ISJC

A peine sortis de l’enclos de la cathédrale pour se diriger vers Nyawera, les manifestants, scandant des chants hostiles au pouvoir de Kinshasa telles que « Saa imeenea,Kabila uende sasa » signifiant « Il est temps, l’heure est arrivé, Kabila tu peux déjà aller » ont pris l’itinéraire qui mène au rond-point Major Vangu via Nyawera.

Le commissaire provincial de la police du Sud-Kivu, le Général Louis Second Karawa, avait déjà déployé un dispositif important de policiers pour empêcher l’aboutissement de cette action. Avec des gaz lacrymogènes et des armes bien chargés, la police fait peur à tout passant.

Au rond-point Sonas, le général organise très bien ses éléments. Il entend « sauver la nation » en interdisant la marche. Bravant la peur, Kake Bulindi, un acteur politique de l’Union pour la nation congolaise (UNC) prend langue avec le patron de la police exigeant l’encadrement de la marche. Le général semble céder.

Arrivés près du bureau de la Compagnie africaine d’aviation (CAA), les manifestants se retrouvent entre deux groupes de policiers qui les répriment en usant des gaz lacrymogènes. Le cortège est dispersé. C’est le sauve qui peut.

La fin de l’année a, ainsi, été célébrée par les chrétiens de la cathédrale Notre Dame de la paix de Bukavu, le 31 décembre 2017.

Jean-Marie Mulume

Inscription ISJC

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.