Sud-Kivu : Les journalistes en formation sur les techniques de communication en droits, santé sexuelle et reproductive

En République démocratique du Congo, les avortements sont l’une des causes importantes de la mortalité maternelle. Ces avortements sont pour la plupart clandestins à cause des lois restrictiveset sont à la base de plusieurs complications et conséquences allant des infirmités au décès de la femme et de la fille.

Dans le souci de renforcer les capacités des professionnels des médias, de manière à les doter des moyens leur permettant de contribuer à la vulgarisation du protocole de Maputo ; l’organisation Si Jeunesse Savait, SJS, en partenariat avec la coalition de lutte contre les grossesses non désirées, CGND ; organise une formation à Bukavu du 12 au 13 avril 2019.

Figurant parmi les acteurs qui ont la traditionnelle vacation de conscientiser, de sensibiliser et d’éradiquer une grande masse de la population ; ces professionnels des micros et de la plume, sont encouragés à promouvoir les droits à la santé sexuelle et reproductive. Ceci dans l’objectif de mettre fin aux stigmas à l’égard des femmes et filles, des soins complets et sécurisés d’avortement.

Au cours de ces deux jours, les participants seront également outillés sur la clarification des valeurs à l’égard des avortements et les stratégies de communication en matière de la santé sexuelle et reproductive.

Signalons que cette formation s’inscrit dans le cadre du projet Mongongo na Biso 2 ; qui envisage une domestication effective du protocole de Maputo et l’application de son article 14 en RDC.

Elie Bigaba, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.