Sud-kivu : les élèves des humanités et leurs enseignants parmi les recrus des Rebelles Twirwaneho-makanika dans les hauts plateaux de Fizi et mwenga(Déclaration FARDC)

Sud-kivu : les élèves des humanités et leurs enseignants parmi les  recrus des Rebelles  Twirwaneho-makanika dans les hauts plateaux de Fizi et mwenga(Déclaration FARDC)

La 12e brigade des interventions rapide des Fardc ,axe opérationnel minembwe dans les hauts plateaux du territoire de Fizi et Mwenga, dresse un bilan sombre de l’insécurité perpétrée par les éléments du groupe armé Twirwaneho-makanika en territoire de Fizi au sud-kivu dans la partie Est de la République démocratique du Congo.

Dans une déclaration rendu public ce 03 Août devant la presse locale dont une copie nous est parvenue, le porte parole de cette 12e brigade des opérations rapide, le lieutenant Jérémie Meya, Indique que les éléments du groupe armé Twirwaneho-makanika, seme désolation et terreur dans la communauté avec des assassinats et des kidnapping qui sont signalés du jour au lendemain dans cette contré.
Les cas les plus récents, C’est les enlèvements du commissaire principal de la police nationale congolaise, Bizimana Emmanuel Rwanya, et un agent de la police judiciaire ,Biriho Rubarua Bonheur. Les assassinats ciblés dont celui du 13juillet dernier, de Madame Natuhoga Gentille qui après enquête, la cible principale serait son époux. A l’université Benezer de Minembwe,le 15 juillet 2022 les éléments rebelles ont mis fin à la vie de trois autres citoyens notamment Tungani Simukiza Sibatwa de 37ans, Rukapuzi Joseph de 44ans et Citimwami Namegabe Patrick de 32ans.

Inscription ISJC

A ceux-ci s’ajoute, le recrutement clandestin et par contrainte des élèves des classes de 4e jusqu’en 6e année des humanités et des enseignants du primaire et secondaire.

Cependant , l’armée en générale et la 12e Brigade d’intervention rapide en particulier ,condamne avec fermeté, ces actes inhumains, jugés scandaleux des ses éléments rebelles. Eu égard à ce qui précède, l’armée exige la libération sans condition des otages avant que les actions de grande vigueur ne commence souligne le lieutenant Jérémie Meya porte parole de la 12e brigade des opérations rapide.

Il importe de rappeler que La société civile des compatriotes congolais (SOCICO RDC)a alerté aussi les autorités congolaises à tous les niveau de la présence des éléments Imbonerakure qui continuent de tracasser de paisibles citoyens dans la partie sud de la province du Sud-Kivu notamment dans les hauts et moyens plateaux de Mwenga, Fizi et Uvira.

Deo kulila.

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.