Bukavu: Des véhicules privés transformés occasionnellement en taxis, les habitants en danger

Bukavu: Des véhicules privés transformés occasionnellement en taxis, les habitants en danger

Il s’observe depuis plusieurs mois dans la ville de Bukavu l’infiltration du secteur de transport en commun des taxis-voitures. Constat fait par un report de jambordc ce jeudi 4 Août 2022.

Selon notre observation, des habitants à la recherche d’une source de revenus supplémentaire ont opté pour la transformation de leurs véhicules privés en taxis-voitures.

Inscription ISJC

Ces derniers se contentent ainsi à payer des lumineux-taxis et les plaquer sur leurs automobiles en signe qu’il s’agit désormais des voitures faisant le transport en commun.

D’autres vont même plus loin. Sans documents de bords pour plusieurs et face à une crise financière, ils choisissent les heures vespérales pour s’improviser dans les rues transportant les habitants à la recherche des fonds nécessaires pour la survie.

Quel danger pour ce phénomène ?

L’enseignant Shukuru Bisimwa dans une école privée de Bukavu rencontré à la place de l’indépendance ce jeudi 4 Août indique qu’apparemment la ville n’est plus gouvernée.

“Je vous remercie d’abord pour cette thématique. Si le fait pour moi d’en parler peut changer cette déviation, je vous dis seulement chère journaliste qu’apparemment le diable a déjà arraché le bon sens de nos dirigeants. Ce problème est très très grave. L’un de mes voisins à payer plus de 1000$ pour la libération de son fils kidnappé dans les circonstances déplorables. Oui, 1000$ en cette lourde conjoncture actuelle. Bref, il est monté dans un taxi qu’il pensait être un moyen de déplacement pourtant une place où les personnes se livrent en otages aux kidnappeurs, quelle honte pour nos dirigeants?. Je sais que si sa famille n’avait pas réussi à réunir cette importante somme d’argent il l’aurait peut être tué. Mourir oui, mais comment? Et ces cas sont nombreux comme nous le suivons souvent sur les ondes et en ligne. J’ai la chair de poule en parlant encore de cela. Du coup, les souvenirs de la psychose des membres de la famille de ce jeune garçon lors de son enlèvement me reviennent de temps en temps. Vous savez depuis ce temps, le transport en commun m’a dégouté sensiblement. Je ne le prend que dans l’extrême urgence. Comme vous me voyez ici je vais monter vers pageco et faire le pied petit à petit vers chez moi aux environs de l’Athénée d’Ibanda. Tout ça, parce que les mauvais esprits ont apparemment visité notre entité ” explique tristement ce père de 3 enfants.

Que faire pour éviter ce problème ?

Le ministre provincial de transport et voies de communication a annoncé le lancement ce jeudi 4 Août de la campagne d’identification des taxis-voitures. Pour Matthieu Malumbi, il s’agira de doter des numéros d’identification à ces engins. En plus, ces voitures seront toutes peintes en couleur uniforme pour éviter cette infiltration dans ce secteur.

Est-ce une Solution durable à ce phénomène ?

Plusieurs observateurs pensent que, la première décision serait d’interdire sans délai cette pratique de s’improviser de gré dans les voiries en conducteurs des taxis.

Pour eux, cette campagne est une bonne chose mais elle risque de mettre longtemps avant d’abord que les propriétaires de ces voitures s’allignent mais également avant que les résultats attendus de cette procédure n’aboutissent.

Pendant ce temps, les habitants qui ne se limiteront qu’aux lumineux-taxis pour le choix des voitures de déplacement demeurent les premiers à être exposés à ce grand danger.

Joyce KALUMUNA

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.