Sud Kivu: L’accompagnement des femmes par leurs partis politiques lors des élections demeure une problématique

Sud Kivu: L’accompagnement des femmes par leurs partis politiques lors des élections demeure une problématique

En RDC, la promotion des femmes dans la gestion publique dépend encore de la volonté des regroupements et partis politiques en majorité dirigés par des hommes. Bien que la constitution à son article 14 prône l’egalité des chances homme-femme, le nombre de femmes au sein des institutions reste minime. Pourtant l’alignement massif des femmes sur les listes pour les nominations ou les élections par des cadres fédéraux et autres décideurs des partis politiques peut aider à surmonter ce défi.

En 2018, Adeline Munyerenkana a été candidate député nationale pour la circonscription électorale de la ville de Bukavu sur la liste du parti politique Avenir du Congo (ACCO).

Inscription ISJC

« Tout au début, certains camarades et leaders de notre parti n’étaient pas pour la décision de m’aligner”, reconnaît-elle. “Mais j’ai insisté pour prouver la raison de ma candidature, et voilà après je me suis retrouvé dans la compétition”. Adéline a malheureusement perdu cette élection.

En République démocratique du Congo, lors des élections de décembre 2018, “seules 11,6 % de femmes ont été alignées aux législatives nationales sur les 15229 candidats contre 88,4% d’hommes”, selon le rapport de l’ONG Observatoire de la parité, OP. Sur les 500 sièges à pourvoir, seules 10% de femmes ont été élues en 2019.

Pour une prise de conscience
Agnès Sadiki Nyabisoki, coordinatrice de la cellule des femmes du regroupement politique Front Commun pour le Congo (FCC) estime qu’il faut une prise de conscience des acteurs politiques mais aussi des femmes qui doivent manifester leurs ambitions.

« Ne pas aligner les femmes sur les listes électorales c’est un problème” insiste Sadiki.

«Souvent à chaque alignement des futures candidat-es aux élections ou des nominations, des hommes ont toujours eu tendance à considérer moins la femme” dénonce de son côté Petrony Kangela Makope, cheffe de division provinciale des affaires sociales du sud Kivu. “Sur une liste de 10 candidats, vous verrez que les cinq ou 7 premiers seront des hommes et le reste sera réservé difficilement aux femmes, chose qui les freinent toujours à ne pas accéder aux postes décisionnels”, explique-t-elle.

Ce que dénonce aussi Me Néné Bintu, vice-présidente du bureau de coordination de la société civile du sud Kivu, « Il est vrai qu’au sein des certains partis politiques il existe des ligues des femmes, mais malheureusement qui ne sont pas valorisées lors des élections et qui sont utilisées très souvent que pour la mobilisation lors du processus électoral”, regrette-t-elle.

“Les unes sont utilisées et mobilisées pour accueillir les autorités morales soit au port ou à l’aéroport et oublier par la suite, quand il y a des discussions sérieuses pour les positionnements”, ajoute Me Néné Bintu.

Maître Aimé Mufungizi, Avocat à la cour d’appel du sud Kivu pense que, le non accompagnement des femmes par des partis politiques découle du non application des articles de la loi et autres chartes internationales par les décideurs des partis et regroupements politiques et autres autorités du pays.

« Le grand défi est lié à la non application de la loi du pays dont la constitution. La loi sur la parité normalement elle devrait être mise en application dans la loi électorale par exemple ou on exige aux partis et regroupements politiques, qu’avant de déposer une liste, on doit tenir compte de l’égalité homme-femme comme le stipule d’ailleurs notre constitution en son article 14”, explique Me Mufungizi

Pour plus volonté politique des femmes

Guillaume Kalumuna, président fédéral du parti au pouvoir, Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) au sud Kivu reconnaît que les décideurs des partis politiques ont un grand pouvoir pour changer la donne.

« Parmi les grands obstacles qui freinent les femmes à accéder au poste nominatif ou électoral, il y a beaucoup plus la volonté des responsables des partis politiques qui accèdent au pouvoir. La décision pour faire les choix dépend d’eux, d’aligner ou pas des femmes sur des listes»; déclare Kalumuna.

Mais au-delà de la volonté des décideurs politiques, Agnes Sadiki estime que les femmes ont aussi un grand rôle à jouer.

“ On doit mettre aussi sur des listes, que des femmes qui manifestent des ambitions.On ne devrait pas figurer sur des listes pour la simple raison d’être de sexe féminin. Au sein des partis politiques on aligne une femme que lorsque cette dernière peut être capable de décrocher un siège pour le parti ”, observe-t-elle.

“Les femmes doivent travailler dur pour enfin convaincre les décideurs ayant le pouvoir, de mandater les candidates lors du processus électoral ou des nominations”, estime aussi Petrony Kangela. “Elles doivent également manifester leur volonté et détermination de diriger parce quelles ne seront pas déléguées du fait seulement dêtre femmes. Elles ne seront déléguées par leurs regroupements et partis politiques que si elles prouvent combien de fois elles sont capables », ajoute-t-elle.

Pour Me Néné Bintu, le travail de sensibilisation doit s’intensifier pour améliorer la participation de la femme dans le domaine politique.

“La société civile continue à faire des plaidoyers auprès des autorités compétentes pour qu’elles arrivent à promouvoir massivement les femmes. Elle procède également à une sensibilisation auprès des femmes pour qu’elles brisent tout obstacle qui fait qu’elles n’arrivent pas à être alignées et représentées massivement lors des élections et dans toutes les instances décisionnelles », révèle-t-elle.

Signalons que la nouvelle loi électorale encourage les partis et regroupements politiques à respecter la parité dans la constitution des listes électorales pour les prochaines élections.

Christelle Mweze, JDH.

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Un commentaire sur “Sud Kivu: L’accompagnement des femmes par leurs partis politiques lors des élections demeure une problématique

  1. Lazima tujuwe kwamba mwanamke ni nguvu ya jami lazima pia wanaweke washiriki kwaujenzi ya inchi kwasehemu kubwa sana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.