Sud-Kivu : 3 personnes tuées et 4 autres kidnappées à Walungu, d’octobre 2020 en mars 2021 (Rapport)

L’insécurité sous ses différentes formes se porte à merveille dans la province du Sud-Kivu et plus particulièrement dans le territoire de Walungu. Des cas d’enlèvement, des corps sans vie et assassinats ne cessent d’être enregistrés du jour au lendemain dans ce territoire selon le rapport publié par le Réseau des femmes pour les Droits et la Paix (RFDP) dans une période allant d’octobre 2020 à Mars 2021.

Ces cas répertoriés ne concerne que le groupement de Mulamba en territoire de Walungu indique le rapport sécuritaire du RFDP parvenu à la rédaction de jambordc.info

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans ce document, cette structure de défense des droits humains et plus particulièrement ceux des femmes indique que depuis le mois d’octobre 2021, une insécurité grandissante se vit à Mulamba. Plusieurs personnes y sont enlevées et d’autres assassinées à tort et à travers au vu et au su des autorités locales.  Cet état des choses crée une psychose au sein de la population qui craint de se rendre à Mulamba de peur d’être la prochaine victime.

En septembre 2020, un homme âgé de 35 ans a été enlevé par des inconnus à l’entrée de chez lui vers 21 heures dans le village Madaka, en groupement de Mulamba lorsqu’il rentrait chez lui en compagnie de son beau-frère. En date du 20 Octobre 2020, une fille de 16 ans du village Karhwa a été enlevée à Karhwa même, vers 17 heures lorsqu’elle revenait du marché de Kankinda situé dans le même groupement de Mulamba. En date du 24 Novembre 2020, un garçon répondant au nom de Patient âgé de 17 ans a été enlevé à Mirumba lorsqu’il se rendait à Bulonge dans le groupement de Mulamba vers 16 heures“, Peut-on lire dans ce rapport du RFDP.

Cette organisation poursuit en énumérant d’autres cas d’enlèvements mais également des corps sans vie qui ont été ramassés dans un intervalle de quatre derniers mois.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

En date du 08 décembre 2020, un homme de 45 ans a rencontré un enfant emballé dans un sac sur la route dans le village Kalirine. Au cours du même mois de décembre 2020, un enfant de 9 ans du même village Karline dans le groupement de Mulamba a échappé à la mort grâce au secours des passants qui ont été alertés par ses cris. Le 08 janvier 2021, un corps sans vie d’une personne inconnue a été trouvé sur la route dans le village Karhwa vers 06 heures du matin. Dans la nuit du 16 janvier 2021, un homme de 49 ans du nom de Bishakabalya du village Muhumba a été porté disparu lorsqu’il revenait prendre un verre à Musimbo vers 18 heures avec son beau-frère, En date du 17 janvier 2021, un homme est porté disparu dans e village Kalangwe sous groupement de Muzinzi“, poursuit ce rapport du RFDP.

A ceci, s’ajoute un cas le plus récent survenu en date du 02 mars 2021 dans le village Bwirhalire en sous groupement de Muzinzi toujours en groupement de Mulamba, où Monsieur Namunongo a été tué par balles par des personnes armées non autrement identifiées aux environs de 19 heures.

Le RFDP renseigne que ces différentes personnes enlevées n’ont jamais été retrouvées ni leurs corps aussi. Notre source s’inquiète du silence observé du côté des autorités locales qui selon elle, ne s’implique pas pour restaurer la paix dans ce milieux mais aussi rechercher les personnes qui sont portées disparues mais également sanctionner les auteurs conformément à la loi.

Certaines indiscrétions vont jusqu’à pointer du doigt certains chefs locaux, elles pensent qu’ils seraient complice du malheur que traverse ces habitants de Walungu particulièrement ceux de Mulamba. C’est pourquoi, estiment-elles, les autorités ne s’impliquent pas dans ce dossier.

Pour faire face à cette Insécurité grandissante dans cette partie de la province du Sud-Kivu, le RFDP invite l’autorité provinciale à s’impliquer de façon concrète et durable et mettre en place des mécanismes pour contrôler la circulation des armes légères et autres à l’intérieur des territoires, dont celui de Walungu.

Il appelle les autorités administratives et agents de sécurité de Walungu et antennes locales basées dans le groupement de Mulamba, d’indentifier les personnes soupçonnées auteurs et les transférer devant les autorités compétentes pour qu’elles répondent de leurs actes.

Notre source invite par ailleurs la population de cette municipalité de continuer à documenter et à dénoncer les auteurs de toutes les violations des droits humains dont  les enlèvements et assassinats afin de contribuer à la lutte contre l’impunité.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.