RDC : « On ne peut pas continuer, après 60 ans de l’indépendance, à gouverner par mépris du peuple » Fridolin Ambongo

« Je tiens ici à demander au peuple de se tenir en ordre de marche. Lorsque le moment viendra, lorsqu’ils obtiendront à faire passer les trois propositions de loi Minaku–Sakata et ce personnage (Ronsard Malonda) à la tête de la CENI, il faudra qu’ils nous trouvent sur leur chemin ». Propos du Cardinal Fridolin Ambongo, l’archevêque de la ville de Kinshasa. Il l’a fait savoir dans son homélie à l’occasion de la célébration ce mardi 30 juin 2020, du 60ème anniversaire de l’accession de la RD Congo à la souveraineté nationale et internationale.

Selon le prélat Catholique, la souveraineté de la RD Congo a été une indépendance plus rêvée que réfléchie.

« Nous devons bien le reconnaitre. Après 60 ans d’indépendance, le constat est sans appel : Nous avons honteusement échoué. Nous n’avons pas été capables de faire du Congo un pays plus beau qu’avant. Nous n’avons pas aidé notre peuple à redresser son front plus que jamais courbé. En tout, nous avons collectivement failli », a-t-il renchéri.

Ce dernier a fustigé dans son homélie « qu’on ne peut pas continuer, après 60 ans de l’indépendance du pays, à gouverner par défi, par mépris du peuple, par mépris de l’Eglise catholique et de l’Eglise protestante ».

Signalons que ces propos interviennent au lendemain du rejet de la candidature du candidat de l’Eglise catholique à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Rachel Rugarabura, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.