RDC : Martin Fayulu annonce une marche ce 17 janvier pour contrer la Balkanisation du pays

RDC : Martin Fayulu annonce une marche ce 17 janvier pour contrer la Balkanisation du pays

« Le combat contre la Balkanisation de la RDC est la lutte ultime pour la survie du pays en tant que nation », propos de l’opposant Martin Fayulu Madidi sur le plan de Balkanisation de la RDC. Il l’a fait savoir le week-end dernier dans la capitale Congolaise à Kinshasa, avant d’annoncer une marche de dénonciation de cette Balkanisation en date du 17 janvier 2020 sur l’étendue nationales.

Pour Martin Fayulu qui se lance désormais dans la croisade contre la Balkanisation du pays après son échec à l’élection présidentielle de 2018 ; cette marche vise aussi à défendre l’intégrité territoriale de la RDC et faire échec à ce plan dans le pays.

Ce dernier fait savoir que la date du 17 janvier n’est pas du tout faible, d’autant qu’elle rappelle l’assassinat de Patrice Emery Lumumba, nationaliste congolais qui a combattu, au péril de sa vie, contre a balkanisation du Congo, selon Fayulu.

Pendant ce temps, les forces armées de la RDC confirment dans son communiqué signé par le porte-parole, le général major Léon-Richard Kasonga, que la RDC fait face à une guerre “non conventionnelle” dans le grand Nord.

Dans ce même communiqué, l’État-Major général des FARDC rappelle à l’opinion tant nationale qu’internationale que dans le cadre de la guerre non conventionnelle menée dans le grand Nord, les FARDC font face à des insurgés dont le but final est la Balkanisation de la partie Est du territoire national.

En somme, lors de sa tournée à Béni, le le cardinal Fridolin Ambongo avait dénoncé “l’avancement du plan de Balkanisation” en République démocratique du Congo.

Elie Bigaba, JRI

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.