RDC : Des acteurs sociaux du Sud-Kivu en guerre pour le respect de la tenue des élections en 2023

Des mouvements citoyens du Sud-Kivu dont TELEMA, OBAPG-RDC, IL EST TEMPS, Collectif Citoyen interpelle le pouvoir en place sur l’organisation des élections présidentielles, législatives nationales et provinces ainsi que celles locales prévues en 2023 en République Démocratique du Congo. Cette interpellation est couchée dans une déclaration commune signée par ces structures citoyennes et dont une copie est parvenue à la rédaction de jambordc.info ce jeudi 11 mars 2021.

Dans cette communication, ces mouvements citoyens regrettent de constater l’attitude de certains acteurs sociaux qui selon eux, pour des intérêts personnels et tribaux s’alignent déjà derrière les individus au pouvoir au lieu de s’accrocher à la lutte pour les réformes du système électoral en général et en particulier l’amélioration des conditions de vie des congolais.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous interpellons le pouvoir en place au respect de la constitution surtout en ce qui concerne l’organisation des élections présidentielles législatives nationales, provinciales locales, sur toute l’étendue de la République en 2023 et non après en vue de suivre régulièrement le cycle électorale et d’éviter les failles et les affrontements connus avec l’ancien système comme l’ont soutenus le prix Nobel de la Paix, Dr Denis Mukwege, les prélats catholiques ainsi que certains pays partenaires. Plus que jamais les mouvements citoyens du Sud-Kivu réunis, tout en regrettant le parachèvement du cycle électoral de 2018, tiennent à l’organisation des élections en 2023 dans le strict respect du cycle électoral » peut-on lire dans cette déclaration.

Dans ce même document, les signataires lancent un vibrant appel au pouvoir en place qu’ils envisagent de faire une proposition d’un nouveau calendrier au moment venu, si les préparatifs ne s’annoncent pas rassurants.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Il sied de signaler que cette déclaration de mouvements citoyens de la province du Sud-Kivu ressort de la réunion trimestrielle d’évaluation de l’action gouvernementale et de l’analyse du contexte socio-politique tant au niveau national que provincial. Ceci pour donner leur position par rapport à la situation politique en République Démocratique du Congo

Moise Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.