Procès contre le Policier Ledja : Les traces de tir de balle non retrouvées dans l’arme

Procès contre le Policier Ledja : Les traces de tir de balle non retrouvées dans l’arme

Les renseignants, les victimes et témoins ont comparu à l’auditorat militaire de Bukavu, samedi 02 septembre, lors de l’audience dans le procès le PGR contre le policier Matthieu Ledja, poursuivi pour avoir tiré sur les manifestants civils le 31 juillet.

Quatre blessés selon la partie civile dont Hypocrate Marume qui a affirmé à la barre avoir reçu des balles et poursuit des soins dans un hôpital de la place.

Inscription ISJC

«Au niveau de la DGI se trouvait deux jeep. Dans la première, était le commandant ville. Dans  deuxième se trouvait un groupe des policiers qui ont tiré sur nous. Nous étions acheminé à l’hôpital Sky born qui nous a transféré à l’hôpital provincial d’où, présentement, je viens pour les soins médicaux  », a confirmé Bashizi Marume Hypocrate, un des victimes.

Comparaissant en qualité de renseignant, le commandant ville affirme avoir interdit aux policiers de tirer sur les manifestants.

S’agissant de l’arme du prévenu « surpris après avoir tiré une balle sur les manifestants »,  le commandant rassure que dans la jeep 020 que conduisait le brigadier Matthieu Ledja « se trouve toujours une arme pour se protéger contre l’ennemie en cas d’attaque, lors de la patrouille ».

La défense du prévenu s’est dit satisfaite de ces renseignements contrairement à la partie civile a dénoncé  que « le patron de la sécurité de la ville n’a pas donné des précisions sur le nombre des munitions qui se trouvaient dans l’arme ».

Le tribunal, en présence des victimes, témoins, renseignants et de la défense, a invité l’expert en balistique pour des renseignements quant à l’utilisation de l’arme. L’expert « n’a trouvé aucune trace de tir » selon son constant.

Le constat du Colonel expert en balistique prête à confusion dans le chef de la défense de partie civile qui suppose que l’arme aurait était nettoyée dès lors qu’on l’avait  arraché des mains du prévenu.

Marie-Louise Nsimire

Inscription ISJC

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.