J.Moreau Tubibu (Groupe Jérémie) : « Le peuple congolais vient encore d’être floué »

J.Moreau Tubibu (Groupe Jérémie) : « Le peuple congolais vient encore d’être floué »

Un jour après la signature de l’arrangement particulier sous l’égide de deux présidents du parlement, la population du Sud-Kivu se dit inquiète. Dans une interview avec un reporter de jambordc.info ce 28 avril, Jean Moreau Tubibu, animateur du groupe Jérémie a indiqué que le peuple congolais a été une fois de plus floué par ses propres dirigeants.

Au lendemain de la signature de l’arrangement particulier à Kinshasa, comment  la population du Sud-Kivu a reçu la nouvelle ?

La population du Sud-Kivu n’est pas satisfaite puisque ce n’est pas à cela qu’on s’attendait. Il s’agissait d’un dialogue entre congolais et pendant les discussions, le président n’était pas l’arbitre. Ce qui étonne, aujourd’hui, la majorité présidentielle prend le président en arbitre. Le Rassemblement Tshisekedi et d’autres ténors de l’opposition n’ont pas signé et l’on nous dit que la signature est valable. Cela pousse les gens à dire qu’il y a une sorte de tricherie, quelque chose de non finie qui laisse entrouverte la porte des conflits. La porte est ouverte au grand risque pour la République démocratique du Congo. Le peuple congolais a été encore une fois floué. Tout le monde se prépare pour les élections afin d’écarter complétement cette classe politique.

Une certaine opinion croit qu’avec la signature de cet arrangement particulier, le peuple peut déjà se préparer aux élections prévues en décembre prochain. Quel est votre point de vue ?

C’est vrai. On a vue qu’il y avait une fuite en avant pour prétendre qu’on veut aller vers les élections. Mais il faut dire la vérité, avec la majorité présidentielle actuelle ; elle ne veut pas d’alternance dans ce pays. Aussi, on peut aller vers les élections sans aboutir à l’alternance puisque, on peut risquer de se retrouver avec les mêmes figures si les règles du jeu ne sont pas respectées ; ce qui fâcherait la population. Les opérations d’identification des électeurs se poursuivent mais, il y a lieu que les élections soient poussées à l’année prochaine. Avec  toutes ces manœuvres que le pouvoir est en train d’utiliser, il y a là d’incertitudes. Aucun espoir pour le changement de ce genre de climat dans le pays.

Les signataires ont convenus que les 28 membres qui constitueront le CNSA seront invités par le chef de l’Etat et là, ils discuteront sur la désignation par consensus du président de cet organe. Comment réagissez-vous ?

Nous pouvons nous demander qui  sont ces 28 membres, qui les choisit et comment ils sont choisis. Pourquoi devront-ils aller voir le président ? C’est comme la MP a joué à choisir certaines têtes du Rassemblement pour faire miroiter à la population qu’elle voulait que la situation stop. Ça c’est une confusion. Des manœuvres dilatoires qui ont abouti à diviser même la Société civile et aujourd’hui, on compte une partie qui a signé et une autre qui n’a pas signé ce document. Nous pensons que le président du CNSA devrait toujours provenir du Rassemblement. Tout compte fait, c’est de l’anesthésie de conscience. On cherche à fatiguer la conscience du peuple congolais afin qu’il se décourage et laisser les dirigeants faire tout ce qu’ils veulent.

Comment la population du Sud-Kivu devrait-elle s’y préparer ?

La population du Sud-Kivu n’est pas prête à céder à tous ces caprices politiciens. Elle est encore une population éveillée et qu’elle devait penser à sauvegarder notre intérêt en tant citoyens de ce pays. Le pouvoir a affamé la population mais, nous ne laisserons à aucun individu ou groupe d’individus de nous prendre en otage. La population doit refuser qu’on puisse nous voler notre pouvoir, notre voix de désigner nos dirigeants qui méritent.

Interview réalisée par Jean-Marie Mulume

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.