Insécurité à Bukavu : La société civile plaide pour l’implication de l’autorité provinciale

La ville de Bukavu continue à enregistrer des cas des vols, viols et tueries. Les cas récents sont de 4 corps retrouvés sans vie sur des rues de la ville et celui du Préfet de l’institut Fundi de Kanyola, retrouvé mort à Bukavu Kadutu ce 14 novembre 2019. Opportunité pour la société civile de Kadutu de dénoncer cette pratique et appeler l’autorité provinciale à prendre des mesures urgentes pour faire face à cette Insécurité grandissante.

Pour Hypocrate Marume, président de la société civile de Kadutu, il y a un relâchement sur le plan sécuritaire sur toute l’étendue de la ville de Bukavu. La tenue habituelle de la réunion de sécurité et forum de quartier ne plus au rendez-vous.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Les information et les idées qu’on partageais dans la réunion de sécurité et forum de quartier pour barrer le chemin à ces malfrats restent dans les bouches de ceux qui les détiennent. Ce qui ne permet pas ni à la population, ni aux acteurs de la société civile, la police de proposer des piste de solution pouvant mettre fin à l’insécurité …» s’indigne Hypocrate.

Selon lui, les bandits acquittés sans aucune condamnation à l’auditorat militaire peuvent être toujours à la base de l’insécurité à Bukavu. Ils doivent être encore arrêtés et condamnés. Il ajoute en disant que le gouvernement provincial doit penser au danger que ces malfrats peuvent semer dans le chef de la population.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Tous ces malfrats qui ont tué les changeurs de monnaie au niveau du carrefour, Kotecha,… ont été acquitté par l’auditorat. Notre autorité oublie que sont les mêmes personnes qui continueront à insécuriser la population car ils n’ont pas subi la rigueur de la loi (…) ils doivent être arrêté et condamné par la loi … », a-t-il ajouté.

Ce dernier finit en disant qu’il y a aussi l’effectif de policiers aux lieux de patrouille qui a diminué par manque de motivation. Cela, laisse les malfrats libres à insécuriser la population.

Il appelle alors l’autorité provinciale à s’impliquer dans la recherche de la sécurité dans toute la province en général et dans la ville de Bukavu en particulier, car selon Hypocrate, la population en a mare.

Rachel Rugarabura, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.