Bukavu : Réticence face au vaccin anti-polyomelite, des croyances religieuses s’y mêlent

Bukavu : Réticence face au vaccin anti-polyomelite, des croyances religieuses s’y mêlent

Depuis le 28 juillet 2022, le ministre provincial du Sud-Kivu ayant la santé dans ses attributions avait lancé la campagne de 3 jours de vaccination contre la poliomyélite.

D’après Masine Kinemwa près d’un million d’enfants dont l’âge varie entre 0 et 5 ans étaient attendus pour ce processus visant à renforcer le système immunitaire de ces tout-jeunes afin d’arrêter la circulation de la poliomyélite.

Inscription ISJC

Dans une interview avec un reporter de jambordc ce 1 Août 2022 deux jours après la fin prévue de cette campagne, certains parents disent n’avoir pas soumis leurs enfants à cette vaccination.

“Moi je n’aime plus voir le personnel soignant venir donner le vaccin à mes enfants. Mon fils avait reçu dans le temps le vaccin contre la poliomyélite qui lui avait causé des troubles. L’endroit où on lui avait administré le vaccin avait gonflé. Il aurait fallu un mois complet de massage pour qu’il se rétablisse. Depuis ce jour-là, j’avais instruit mes enfants à ne pas accepter un quelconque vaccin surtout quand ils débarquent à mon absence. Et d’ailleurs notre Pasteur nous avait aussi avec insistance avertit de ne jamais accepter les vaccins en désordre que ce soit celui d’anti-covid ou un autre soumis même à nos enfants” déclare cette habitante de l’avenue Kibombo qui a requis l’anonymat.

 

D’un autre côté, d’autres ménages ont semblé être réceptifs à cet exercice sanitaire.

“Tous mes enfants ont reçu le vaccin anti-poliomyélite pour la première phase et cette deuxième phase. Connaissant l’importance de ce vaccin, je ne devais pas soustraire mes enfants à ce processus. Je suis confiante que c’est pour leur bien et je me tiens à cela” Déclare Ashuza Kalere âgée d’une vingtaine d’années.

Pour sa part docteur Joseph Matumbaya médecin coordonnateur provincial du programme élargi de la vaccination rassure les habitants réticents en ce termes.

“J’appelle la population de ne pas considérer la vaccination comme une menace, plutôt un moyen d’aider les enfants à vivre loin des différentes maladies et surtout de renforcer leur système immunitaire. En ce qui concerne les ménages qui n’ont pas eu la visite du personnel soignant ambulant pour la vaccination, ils peuvent amener leurs enfants au centre de santé le plus proche du lundi 1 au mardi 2 Août pour le rattrapage” explique ce professionnel de santé.

Il importe de signaler que la poliomyélite est une maladie contagieuse provoqué par un virus appelé le poliovirus qui envahit le système nerveux et entraine des paralysies irréversibles.

Philémon Mutula

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.