Bukavu : Persistance de l’insécurité au quartier Nkafu, la société civile du milieu tire une sonnette d’alarme

La société civile sous noyau de Nkafu dénonce avec amertume la recrudescence de l’insécurité au quartier Nkafu en commune de Kadutu dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu. Elle plaide ainsi pour la collaboration entre la population et les autorités de la place pour restaurer ensemble la sécurité dans cette partie de la ville. Cette structure l’a dit dans une communication parvenue à la rédaction de Jambordc.info ce jeudi 29 octobre 2020.

A en croire son président Julien Namegabe, le cas le plus récent de l’insécurité est celui survenu la soirée de ce mercredi 28 octobre sur les avenues Georges Defour et hôpital général qui ont été ciblées par les malfrats.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Ce dernier rapporte que lors de cet incident un secrétariat public a été pillé et trois femmes dépouillées de leurs biens par des bandits porteurs d’armes blanches non autrement identifiés.

Julien Namegabe renseigne que le bilan de ce drame fait état des blessés, des matériels emportés notamment deux ordinateurs, trois téléphones portables, des bijoux, chennettes, une somme de 700 dollars et 115.000 francs Congolais ainsi que plusieurs autres biens de valeur emportés par ces malfrats.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Dans cette communication, la société civile de Nkafu ajoute que les bandits qui sèment terreur et désolation dans cette municipalité, opèrent à partir de 19 heures, de la place jusqu’au sous commissariat du marché Beach Muhanzi, au lycée wima vers le centre SOSAME non loin du sous commissariat de Karhale et dans les concessions de l’ISTM, ISDR et la paroisse saint Palotti de Karhale.

Cette structure citoyenne à travers son président se dit vouloir comprendre cette recrudescence de l’insécurité dans les mêmes itinéraires en proximité de sous commissariats de la Police Nationale Congolaise (PNC). D’où son appel aux autorités policières à prendre des mesures d’urgence pour juguler cette situation.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.