Bukavu : Les détenteurs des Bateaux et matelots exploitant sur le lac Kivu annoncent une grève sèche dès ce lundi 9 mars prochain

L’Association des armateurs exploitant sur le lac Kivu réunis au sein de l’Assalak appelle tous les bateaux et matelots à la grève sèche à partir de ce lundi 09 mars 2020. Décision annoncée dans un communiqué issu d’une réunion extraordinaire tenue ce vendredi 06 mars 2020 à Bukavu et parvenu à Jambordc ce samedi.

Les membres de cette association demande au gouvernement central et provincial de revoir à la baisse de la taxe de permis de sortie fixé à 50 dollars américains pourtant perçue à 10 dollars puis ensuite à 30 dollars dans le temps passé.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Selon eux la hauteur de cette taxe est trop élevée pour les bateaux qui pratiquent Bukavu-Goma, soit 60 dollars américains pour une navette aller-retour sur une distance de 170 km par rapport à ceux qui exploitent le fleuve Congo sur l’axe Kinshasa-Kisangani avec une longueur de 1726 km.

« Nous décidons la cessation de toutes les activités d’exploitation sur le lac Kivu à partir de ce lundi jusqu’à ce que nos revendications trouvent une solution adéquate. Nous ne sommes pas d’accord car avec ce prix, le bureau doit payer un montant de l’ordre de 100 dollars américains aller-retour avec un trajet d’une courte navigation sur le lac. C’est pourquoi nous demandons aux clients et les partenaires désirant voyager sur le lac kivu de prendre leurs dispositions quant à ce», peut-on lire dans ce communiqué.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

L’association des armateurs exploitant sur le lac Kivu, Assalak décide d’entamer une grève sèche après avoir adressé leurs revendications aux autorités nationales et provinciales sans qu’aucune suite soit réservée, explique le même communiqué.

Signalons que les armateurs exploitant sur le lac Tanganyika seraient déjà dans un mouvement de grève depuis ce mercredi 04 mars 2020 pour revendiquer la même cause.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.