Bukavu : Les agents de la PCR affectés en face du Marché de Nguba dans le viseur de l’ADH

Dans une correspondance adressée au Commissaire provincial de la Police nationale congolaise au Sud Kivu, l’Association sans but lucratif Agir pour l’accès aux droits de l’homme (ADH) dénonce les tracasseries et la corruption liées au phénomène « massage » effectués par les policiers de circulation routière (PCR) affectés en face du marché de Nguba dans la commune d’Ibanda, ville de Bukavu.

Cette association de défense des droits humains se dit indignée par le fait de voir que les policiers affectés à cet endroit s’adonnent impunément et sans vergogne à la corruption à longueur des journées.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« les policiers de roulage sus indiqués, à peu près une quinzaine, parmi lesquels une femme qui se montre très zélée des autres, se placent de part et d’autres de deux bandes de la chaussée, tels des véritables gangs, et arrêtent systématiquement tout véhicule passant pour exiger au conducteur de l’argent », peut-on lire dans le corps de cette correspondance.

Selon l’esprit de cette lettre, les parents qui amènent les enfants à des écoles environnantes sont les plus visés par ces policiers et sont les premières victimes de cette situation.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« les parents qui se rendent à l’école pour amener ou ramener leurs enfants, les résidents de Nguba, ainsi que les véhicules de transport en commun en sont les plus visés et les plus victimes », poursuit cette correspondance.

Elle pense que le poste de Nguba devrait être le modèle de la PNC parce qu’il est la voie d’entrée de la ville de Bukavu et de sortie vers les pays étrangers. Mais paradoxalement, il vogue en contre sens des missions dévolues à la PNC et vend en conséquence une sale image du pays.

L’ADH appelle à la bonne foi du Patron de la Police en province de faire respecter le code de bonne conduite des agents de la PNC en cessant immédiatement avec leurs tracasseries et des actes de corruption, des sales besognes qui déshonorent la police nationale.

« nous vous prions de circonscrire leur tâche qu’à la seule facilitation de la traversée de la chaussée aux écoliers et à ceux qui les accompagnent », conclue cette lettre.

Tout en rappelant que ce phénomène a déjà été dénoncé plusieurs fois par la société civile locale, l’ADH demande à l’Auditeur militaire, à qui la copie de cette lettre a été remise, de se saisir de ces actes infractionnels tels que dénoncés.

Théophile Ombeni

Un commentaire sur « Bukavu : Les agents de la PCR affectés en face du Marché de Nguba dans le viseur de l’ADH »

  1. LE COUT EXPLOITATIF DES FORMALITES A REMPLIR SUR LES VEHICULES FAIT QUE LA PLUPART N’Y ACCEDE PAS, SE FAISANT AINSI DES PROIES DES PCR. AUSSI, CELA FAIT PARTIE DES “INFRACTIONS AUTORISEES” COMME LES POINTS DE VENTE DU CHANVRE, OU LES POLICIERS RECOLTENT 3 A 5000 Fr. CHAQUE WEEKEND, POUR NE PAS LES ARRETER. SEULS, LES CHAUFFEURS ET VENDEURS QUI NE SE CONFORMENT PAS AU JEU SONT JUSTICIABLES. COMME SOULIGNE DANS LE MESSAGE PUBLIE, CES ABUS DES PCR ONT DEJA ETE DENONCES PAR ADH PLUS D’UNE FOIS SANS REACTION DE LA HIERARCHIE. C’EST-A-DIRE C’EST ADH QUI FINIRAIT PAR ETRE JUSTICIABLE, S’IL NE SE CONFORME AU JEU. A VOIR LA PARTIALITE DE L’AUDITORAT DE GARNISON DE BUKAVU, ET PARTICULIEREMENT DANS LE DOSSIER ARRESTATION ARBITRAIRE/EXTORSION CONTRE LES COMMANDENT ET POLICIERS DU COMMISSARIAT DE KADUTU/BUKAVU, IL Y A CRAINTE QU’IL N’INTERVIENNE EFFICACEMENT A LA PREOCCUPATION DE ADH. LE LOBBYING CONTINUE ET TRES BIENTOT, LA VERITE VA TRIOMPHER. QUI VIVRA VERRA. CHAQUE CHOSE A SON TEMPS. COURAGE ADH, NOUS VAINCRONS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.