Bukavu : le chômage, l’autre croix pour les jeunes

Au moment où des jeunes du monde célèbrent la journée internationale de jeunesse ce 12 Août, à Bukavu plusieurs sont dans la rue, devant des bureaux, à la recherche de lemploi.
Sur le micro baladeur de jambordc.info, certains dentre eux regrettent que de nouveaux diplômés soient produits chaque année mais le travail ne suit pas et des postes deviennent de plus en plus rares à trouver dans des entreprises et organisations non gouvernementales. Seule une petite partie trouve un emploi correspondant à leurs capacités et les autres sont voués au chômage.

Pour Vianney Mwaligusha, licencié en science politique et administrative, l’absence de travail crée un sentiment d’exclusion et d’inutilité dans la société, voire dans la famille. Selon lui, cest la faute aux dirigeants.
« De fois je me sens exclut de la société. Personne ne me considère parce que je nai pas de moyen. Aujourdhui cest une chance exceptionnelle de voir quelquun qui maccorde la parole. Nous avons un pays très riche qui sert aux étrangers et à nos autorités. Nous le bas peuple nous souffrons… »

Dautres en cherchant leurs propres voies, adhèrent dans des partis politiques, manifestent dans les rues au compte des mouvements politiques ou sociaux, saffrontent sur les campus et constituent le gros des troupes en cas soulèvement populaire ou même politique.
« Cest depuis 2011 que je n’ai pas demploi. Au fait, je nai jamais travaillé depuis que jai fini en économie à luniversité officielle de Bukavu. Tu vas te rendre compte que la plus part de nous qui n’avons pas demploi sommes des membre actifs dans de partis politiques. Malheureusement ils ne nous aident à rien. Quand il y a une promotion de poste, le promu vient dans la cours de cadres. Nous sommes utiles quand il y a une manifestation ou soulèvement »

Ces jeunes appellent le gouvernement à créer de l’emploi mettre fin au chômage auquel ils sont confrontés. Aussi a favorisé la jeunesse à accéder dans des entreprises publiques en retraitant les personnels âgés. Actuellement, en République démocratique du Congo, plus de 80% des jeunes actifs sont au chômage

Rachel Rugarabura, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.