Bukavu : Des vendeurs du marché de Nyawera descendent dans la rue pour exiger le départ de leur président

Certains vendeurs exerçant dans le marché de Nyawera, à Bukavu dans la province du Sud-Kivu, revendiquent le départ de Fabien Binja Biringanine, président du dit marché. Lors d’une marche pacifique organisée ce jeudi 09 janvier 2020 à Bukavu, ces derniers ne jurent que sur le remplacement de leur chef car selon eux plusieurs griefs lui sont reprochés dont le détournement de certains fonds.

Ces manifestants lui reprochent également l’insalubrité qui s’observe derrière ce marché et d’avoir semé la division au sein des marchands tout en appuyant le marché pirate.

« Si vous nous voyez en marche ce matin c’est parce que nous sommes fatigués et nous n’en pouvons plus. Nous marchons aujourd’hui pour exprimer notre mécontentement et réclamer le départ de notre président. C’est pour diverses raisons, d’abord pour détournement de l’argent de la caisse du syndicat. Ça fait au moins trois ans qu’il est à la tête du marché et pour cela cinquante et huit mille dollars ont disparu et personne ne sait plus rien à ce propos. Néanmoins il ne cesse de nous raconter avoir garder l’argent dans une coopérative de la place sans aucune preuve valable pouvant nous rassurer », déclare Cizungu Cifuli, Président du comité des bouchers de Nyawera.

Monsieur Fabien Biringanine est aussi tenu responsable de la persistance des déchets qui jonchent du côté postérieur du marché. C’est pour s’être arrogé le droit de faire payer les taxes aux vendeurs, soit disant au compte de l’organisation ayant en charge l’évacuation des immondices.

« Il a fait faire des tickets que les gens payent soit disant au compte de AGROUNI, mais cette dernière ne cesse de se plaindre du non-paiement dont elle est victime et par conséquent elle, non plus n’évacue pas les déchets. Plus encore, il nous a divisé au sein du marché maintenant il y a ceux qui vendent dans le marché et ceux qui vendent en dehors du marché pourtant ceux qui vendent dedans qui payent les taxes journalières, taxes de location du stand ainsi que la patente. Tandis-que ceux du dehors, qui font le marché pirate ne payent pas de taxes et font à ce que nous ne vendons », conclut-il.

Ces vendeurs pensent obtenir cette fois-là gain de cause en remettant leur mémorandum à l’exécutif provincial comparativement aux fois précédentes où ont-ils rapporté à la rédaction de jambordc.info avoir tenté à trois reprises de le faire partir mais ont été surpris de le revoir toujours en fonction, soutenu par certaines autorités.

Martial Alpher Kalala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.