Bukavu : Des petites commerçantes dénoncent les tracasseries policières dont elles sont victimes

La nouvelle Dynamique de la Société Civile, NDSCI, dénonce ce qu’elle qualifie des ‘’tracasseries policières’’ dont sont victimes certaines femmes en provenance des différents quartiers de la commune de Bagira qui exercent les petits commerces dans différents coins de la ville de Bukavu en province du Sud-Kivu. Elle plaide pour la construction d’un marché moderne à Kasha dans la commune de Bagira afin de lutter contre le marché pirate et permettre aux femmes de différents quartiers de la dite commune et celles d’autres communes, de trouver des places où elles peuvent exercer leurs activités commerciales en toute quiétude.

Dans une dépêche rendue publique ce mardi 16 mars 2021, cette structure citoyenne de défense de droits de l’homme renseigne que depuis plusieurs mois, les femmes sont en train d’être brutalisées par certains policiers envoyés par la mairie de Bukavu pendant qu’elles circulent avec leurs marchandises à la recherche du pain quotidien.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Une d’entre ces femmes déplore le comportement de ces policiers qui selon elles, les tabassent au lieu et place de les sécuriser.

« Les policiers de la mairie nous tracassent beaucoup, ils nous rencontrent soit entrain de vendre nos marchandises et ils nous les ravissent, nous ne les retrouvons plus, ils les amènent à un endroit inconnu, Si nous mettons nos marchandises sur le long de la route et sur le chemin c’est parce que nous n’avons pas des places où vendre, de fois nous nous retrouvons avec une somme de 50. O00fC comme capital, argent que nous avons emprunté dans une AVEC ( Association Villageoise d’Epargne et de Crédit), mais lorsque ces policiers nous ravissent des marchandises nous nous retrouvons en difficulté et sommes incapables de rembourser le crédit, nos enfants aussi passent des nuits blanches car nos maris n’ont pas d’emploi », a déclaré sous un ton alarmant cette femme qui a requis l’anonymat.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

La NDSCI/Bagira sous le truchement de son vice-président Wilfried Habamungu, demande au maire de la ville de Bukavu d’interdire aux policiers affectés aux différents endroits pour cette fin d’éviter des actes de violation des droits humains et d’adopter un complément responsable.

Moise Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.