RDC/Education: « Aucun syndicat des enseignants n’a décrété la grève de manière légale et officielle », Tony Mwamba

La journée du jeudi 21 octobre a été couronnée par les manifestations des élèves des écoles publiques qui réclamaient la reprise des cours.

A Beni, en province du Nord-Kivu, les élèves sont partis de l’institut Kabalaka passant à la sous divisions de l’EPST pour chuter à la mairie. Les manifestants ont remis leur mémorandum auprès de l’autorité municipale dans laquelle un seul vœu « la reprise immédiate et sans interruption des activités scolaires »

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

A Kinshasa par ailleurs, les élèves des écoles publiques ont manifesté au palais du peuple. Ils demandent l’implication du parlement pour que la grève des enseignants cesse et que les cours reprennent dans un cours délais.

Le lundi dernier, c’était les parents d’élèves qui avaient manifesté en demandant au gouvernement de les laisser prendre en charge les enseignants comme jadis car la gratuité a échoué selon eux.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Juste après cette manifestation des élèves, le ministre national de l’EPST, Tony Mwamba pense que ces manifestations sont organisées par des personnes mal intentionnées qui veulent saboter la gratuité de l’enseignement.

« De la manipulation ! », a réagi à la radio okapi, le jeudi 21 octobre le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Tony Mwaba, à la marche organisée la veille par des élèves des écoles publiques à Kinshasa et à Beni pour réclamer la reprise des cours. Selon lui, les instigateurs de ces manifestations n’ont qu’un seul objectif : saboter la gratuité de l’enseignement !

Au cours d’une conférence de presse conjointement animée jeudi dans la soirée avec son collègue de la Communication et médias, le ministre de l’EPST a affirmé qu’à sa connaissance, à ce jour, « aucun syndicat des enseignants n’a décrété la grève de manière légale et officielle ».

Patrick Muyaya, ministre de la communication et média, rassure selon le potentiel que les problèmes posés ci et là sont en train d’être géré.

« La signature d’un arrêté interministériel pour la création d’un conseil permanent du dialogue social entre le gouvernement et le banc syndical de l’EPST en est la preuve. Il n’y a donc aucune raison d’indiquer qu’il y a une grève légale. Encore que depuis la nuit des temps, ce ne sont pas les élèves qui revendiquent les conditions des enseignants », indique Patrick Muyaya

En rappel, les enseignants des écoles publiques ont débuté leur mouvement de grève depuis la rentrée scolaire du 04 octobre 2021 sur toute l’étendue du territoire national.  Ils revendiquent la majoration de leur salaire, la prise en charge des nouvelles unités et la suppression des zones salariales.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.