RDC : Moussa Faki et les dirigeants congolais ont discuté du calendrier électoral

Le calendrier électoral a fait objet de discussion entre Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine (UA), avec l’opposition et les dirigeants congolais, lors de son séjour du 28 au 30 septembre 2017 à Kinshasa.

Selon le ministre d’Etat Azarias Ruberwa, au compte de la Majorité présidentielle (MP), les échanges ont tourné au tour de la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre mais aussi de la prochaine consultation entre le gouvernement, le CNSA et la CENI avant la publication d’un calendrier électoral.

Même de cloche pour le ministre en charge des Relations avec le Parlement, Lisanga Bonganga, qui estime qu’il n’y a pas crise politique en RDCongo.

« Nous attendons les lois essentielles du Parlement et nous irons de l’avant. Nous lui avons dit qu’il n’y a pas de crise politique. Il y a eu dialogue et signature de l’Accord et de l’arrangement particulier. Nous évoluons convenablement pour aller vers les élections », a-t-il déclaré.

Du côté de l’Opposition, Vital Kamerhe, chef de fil de l’opposition aux consultations de la Cité de l’UA, ne jure que par l’application intégrale de l’Accord inclusif de la Saint Sylvestre. Pour lui, les 2 dialogues suffisent pour dénouer la crise.

« Respectons les conclusions de ces différentes discussions, point barre! Et nous savons tous que le pouvoir utilise le dialogue pour gagner du temps. Nous demandons à la CENI de publier très rapidement et sans tarder un calendrier électoral car le peuple veut les élections cette année », a signifié le Président de l’UNC.

Kamerhe, comme toute l’opposition, reste farouche au vote électronique l’estimant non fiable et non prévu par la loi électorale.

« Nous disons non au vote électronique car étant un mécanisme non fiable. Ça n’a pas marché en France, aux USA ou encore en Allemagne. D’ailleurs ses essais ici n’étaient pas totalement un succès. Nous n’avons pas besoin de cette innovation qui n’est même pas prévue par la loi électorale actuelle », ajoute-t-il.

A en croire Actualité.cd, plusieurs sources affirment qu’aucun consensus n’a été dégagé dans les discussions entre Moussa Faki avec les dirigeants congolais et plusieurs observateurs. La lecture de l’application de l’Accord du 31 décembre diffère selon qu’on est de l’opposition, de la majorité, de la Cenco ou de la Monusco.

Jean-Marie Mulume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench