Walungu : Choisir entre le transfert de la monnaie électronique et la visite nocturne des bandits armés

Menaces à mort, assassinats, extorsion  et tant d’autres violations de droits de l’homme, tel est devenu le quotidien de la population du territoire de Walungu en province du Sud-Kivu, décrié la société civile locale. Les groupements de Lurhala, Kamisimbi, Ikoma et Izege sont les plus touchés par cette situation où un réseau d’arnaqueurs désole la population.

« Les habitants de Walungu n’arrivent plus à se promener la nuit dans les heures tardives. C’est tous les jours qu’on rapporte des cas d’attaques par des bandits armés, il n’est plus facile de se promener librement dans la soirée », indique un membre  du comité de la société civile de Walungu qui a requis l’anonymat.

Cette structure citoyenne pointe du doigt les fugitifs des prisons, actifs dans la communauté depuis les dernières vagues d’évasion enregistrées dans les prisons dont la prison centrale de Bukavu.

« Au niveau des groupements comme Lurhala, Kamisimbi Ikoma et Izege, des évadés de la prison centrale se seraient cachés dans les coins pour désoler la population. Ils arrivent même à barricader la route. Ceux qui se promènent dans les heures tardives, la nuit, sont leurs victimes », regrette-t-il.

Au centre commercial de Mugogo et ses environs, des sources locales affirment que les habitants vivent, désormais, sous menaces. Par des messages téléphoniques, des inconnues leur exigent d’envoyer de l’argent via un transfert électronique sur leur compte mobile.

« …et on leur donne une échéance. Et si dans l’échéance donnée, ils ne parviennent pas à envoyer la somme d’argent demandée, alors la nuit on vient les visiter. C’est soit  la mort, soit le viol suivi du dépouillement de tous leurs  biens. Voilà ce que vit aujourd’hui la population du territoire de Walungu », explique-t-il.

Malgré les efforts de cette population à mettre hors d’état de nuire ces bandits, la crainte persiste.

« Quand on a mené les enquêtes, on a pu mettre la main sur les malfrats, mais comme la justice de notre pays ne s’occupe plus de la communauté, on suppose qu’ils risquent d’être libérés demain ou le lendemain et reprendre les crimes. (…) on ne sait jamais quand ils peuvent revenir car la justice congolaise ne s’occupe plus de la population », déplore l’acteur de la Société civile, faisant ainsi allusion à un cas d’un bandit appréhendé par la population lors d’une attaque fatale, la nuit de ce 30 mai à Chagombe.

D’après lui, les habitants devraient assurer leur propre sécurité.

« La population doit être le veilleur pour sa propre sécurité », conclu-t-il.

Materne Nsiku

Un commentaire sur « Walungu : Choisir entre le transfert de la monnaie électronique et la visite nocturne des bandits armés »

  1. Vous Voulez quoi chere population de Wangulu? le gouve à déjà lancé l’opperation ” TUJIKINGE”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.