Uvira : les survivants du massacre de Mutarule en juin 2014, demandent que “justice soit faite”

Les survivants et les familles des victimes du massacre du 6 juin 2014 dans le village de Mutarule, plaine de la Ruzizi en territoire d’Uvira au du Sud-Kivu se sont réunis ce jeudi 6 juin 2024, dix ans après, pour honorer la mémoire de ceux qui ont perdu la vie dans cette atrocité, qui avait fait 37 morts.

Aujourd’hui, les survivants du massacre sont encore traumatisés par les événements fatidiques, témoigne un habitant de la place.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

«J’ai vu des gens que j’ai connus être tués, ».

Selon un correspondant occasionnel, la commémoration a été marquée par une messe d’action de grâce dite par le curé de la paroisse sainte Famille de Luvungi du diocèse d’Uvira, qui a appelé les habitants de Mutarule Katekama à la paix et à l’amour.

Les organisations de la société civile et celles de défense des droits de l’homme ont également pris part à la commémoration, exhortant les autorités congolaises à enquêter sur les faits et à poursuivre les responsables.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Le massacre de Mutarule est un exemple flagrant d’impunité en RDC, » a déclaré monsieur Byamungu Shamamba Paul, coordonnateur territorial de la Nouvelle société civile congolaise.

Il demande aux autorités congolaises de prendre des mesures concrètes pour juger les responsables et apporter une réponse à celles qui sont victimes.

« Un mouvement insurrectionnel armé est venu, accompagné par les FARDC qui étaient installées le long de la RN5, depuis Luvungi jusqu’à Kabunambo. Ils se sont mobilisés pour aller tirer sur les simples civils qui se trouvaient dans l’église en train de chanter en commémoration de la journée de la Pentecôte. Ainsi, nous avons trouvé plus de 37 morts, » rappel Byamungu Shamaba.

Malgré les efforts de la communauté internationale pour promouvoir la paix et la justice en RDC, l’impunité persiste. Les autorités congolaises doivent prendre des mesures pour juger les responsables du massacre de Mutarule Katekama et mettre fin à la culture de l’impunité qui règne dans le pays, fait savoir un défenseur des droits de l’homme, interrogé par le reporter de la presse africaine.

Notons que les survivants du massacre de Mutarule continuent de vivre avec les séquelles physiques et émotionnelles de cette atrocité. Ces derniers continuent également à demander justice et à réclamer une vie en paix dans leur pays.

Joseph ROLD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.