Sud-Kivu : La Société civile demande à la MONUSCO de s’impliquer dans la décrispation de l’espace politique en RDC

Les organisations de la Société civile du Sud-Kivu signataires de la lettre demandant au Conseil de sécurité de l’ONU de renforcer le mandant de la Mission des nations-unies dans le processus électoral saluent la Résolution 2409. Elles soulignent  l’apport indispensable de la Monusco et l’appelle à s’impliquer dans la décrispation de l’espace politique pour des élections démocratiques et acceptables par tous.

« Nous saluons la décision du Conseil de sécurité des nations-unies pour cette résolution (…) Nous avons plaidé pour que le mandat de la Monusco soit renforcé surtout dans le cadre du processus électoral. Nos routes sont impraticables et les avions de la Monusco nous facilitent l’acheminement des kits électoraux dans tous les coins de la République. C’est un apport incontournable que nous ne pouvons ignorer », a déclaré à JAMBORDC.INFO, le vice-président du Cadre de concertation de la société civile du Sud-Kivu, Faustin Katanga.

Par sa résolution, le Conseil de sécurité a renouvelé, mardi 27 mars, le mandat de la mission onusienne en RDC, MONUSCO. Il a focalisé principalement sa mission à la protection des civils, à l’appui à l’organisation des élections du 23 décembre 2018 et à l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre.

C’est pourquoi, insiste la société civile, la MONUSCO devrait s’impliquer jusqu’à obtenir la décrispation de l’espace politique avant les élections du 23 décembre prochain.

« Nous voulons voir le Conseil de sécurité intervenir aussi pour la décrispation de l’espace politique dans notre pays. Pour que nous ayons des élections démocratiques, crédibles et apaisées, il y a des normes : on doit accepter les manifestations publiques, les réunions publiques, la campagne, la sensibilisation des parties prenantes au processus, la décrispation de l’espace politique. Nous ne pouvons aller aux élections pendant qu’il n’y a pas l’ouverture de l’espace d’expression. Voilà pourquoi nous demandons à la Monusco de s’impliquer pleinement parce que la date butoir approche », a-t-il insisté.

En rappel, 202 organisations de la société civile du Sud-Kivu ont adressé au Conseil de sécurité de nations-unies, vendredi 23 mars, une correspondance réclamant l’élargissement du mandat de la Mission des nations-unies jusque dans la certification des résultats des urnes, conformément au calendrier électoral de la CENI.

Jean-Marie Mulume.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.