Sud-Kivu : La NDSCI salue la démission du ministre Luc Mulimbalimba et demande à l’Assemblée provinciale d’en tirer conséquences

Aussitôt la démission du ministre provincial de l’intérieur, sécurité, décentralisation, affaires foncières et affaires coutumières du Sud-Kivu rendue publique, ce vendredi 08 juin dans la matinée, le Président national de la Nouvelle dynamique de la Société civile (NDSCI), Jean-Chrysostome Kijana, a félicité le ministre Luc Mulimbalimba de « sa sincérité et sa grandeur d’esprit ».

Revenant sur les polémiques à ce sujet, la NDSCI ne trouve aucune raison de disqualifier le démissionnaire pour avoir pris « de droit » l’option de rendre le tablier mais plutôt, en voit un acte interpellateur.

Inscription ISJC

« Au lieu de tirer à boulet rouge sur le ministre Mulimbalimba, nous devrions encourager cet acte et que cela nous interpelle sur la gestion actuelle de notre province et du pays et servir de leçon pour les prochaines élections qui pointent à l’horizon. (…) Nous saluons la grandeur d’esprit et la sincérité du Ministre puisqu’il n’est pas facile de travailler dans un système de prédation », a confié Jean-Chrysostome Kijana, joint au téléphone par le journal JAMBORDC.INFO.

Dans sa correspondance, l’ex-ministre s’insurge contre la gestion par le gouverneur de Province, des frais secrets alloués à la lutte contre l’insécurité dans la province à hauteur de 100 0000dollars américains. Il évoque, en plus, la présence de quelques familles au sein du service de Cadastre et Titres immobiliers, le manque de prise de décision dans d’autres domaines relevant de son ministère.

Pout Kijana, l’acte posé par le ministre appelle à l’interpellation de l’organe délibérant afin de tirer au clair des conclusions sur ces faits.

« Nous interpellons l’Assemblée provinciale à se saisir de ce dossier notamment au tour du retrait de l’argent secret prévu pour le maintien de la sécurité en province, de la question foncière qui fait couler beaucoup d’encre dans la ville de Bukavu et d’autres révélations contenues dans la correspondance du ministre. L’Assemblée doit y voir clair et en tirer les conséquences qui s’imposent », insiste le président national de la NDSCI.

Condamnant, par ailleurs, la position du ministre penchant vers la communauté d’Uvira, la NDSCI prévient contre  toute récupération de la situation qui friserait la cohésion pacifique et estime que le ministre n’appartient pas à une quelconque communauté mais plutôt à toute la province.

« Le ministre ne devrait pas chercher à opposer la communauté d’Uvira au reste des communautés de la Province. Nous invitons tout le monde à l’apaisement. Le ministre n’appartient pas à une seule communauté mais pour toute la province », a-t-il prévenu.

En rappel, l’équipe gouvernementale de la province du Sud-Kivu dont fait part le « désormais ex ministre », Luc Mulimbalimba vient de totaliser 6 mois depuis son investiture. Dirigée par le Gouverneur Maitre Claude Nyamugabo, l’exécutif a remplacé celui de Marcellin Cishambo déchu pour mégestion.

Jean-Marie Mulume

Inscription ISJC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.