Sud-Kivu : La lutte de mouvements citoyens paye, le vice-gouverneur devient le coordonnateur de la cellule antifraude

Après quelques événements qui ont ensanglantés la ville de Bukavu dans la fraude, une cellule provinciale de lutte contre la fraude, la corruption et les tracasseries a été créée par le gouverneur de province sortant. Une année après, il s’observe que les missions assignées à cette cellule, parmi elles l’appui technique à la DPMER avec comme vocation primordiale de lutter contre les tracasseries policières, militaires et administratives ; ne font plus leur objet de travail. Une situation que déplorent le collectif des mouvements citoyens et certaines organisations de la société civile de la province.

Dans un entretien respectivement avec le vice-gouverneur et le gouverneur de province, ce mercredi 12 juin 2019, la délégation de ces mouvements citoyens (Amka Congo, Il est temps, OBAPG/RDC, Telema, etc.), a mis à la disposition des autorités provinciales, certains résultats de leur constat sur la gestion calamiteuse de cette cellule depuis plusieurs mois.

Parmi ces résultats, ces mouvements citoyens font savoir qu’à Misisi, cette cellule fait payer une somme équivalent à 100.000FC par production comme frais d’autorisation de nettoyage des déchets concentrés, tandis que pour traverser Nyatende un agent perçoit 40$ par camion pour les marchandises importées via Kamanyola.  

« Au sujet de la bière Amstel, la cellule antifraude contrôle les entrées de plus de 10 camions de ces produits toutes les nuits lors des importations via ses barrières illégales de Kamanyola, de Nyangezi et celle de Nyantende afin d’exiger au moins 600$ par camion », ajoute Remy Kasindi, militant de Amka Congo et l’un de la délégation.

Ce collectif des mouvements citoyens du Sud-Kivu, après des échanges avec les autorités provinciales, a formulé plusieurs recommandations parmi lesquelles, l’indentification des intervenants exportateurs de la bière Amstel et autres produits assujettis sur toute la chaîne et leurs rôles dans le renflouement des recettes de province. Ils ont aussi recommandé la création d’une cellule indépendante, équilibrée, collaborant directement et de manière régulière avec la Direction provinciale de mobilisation et d’encadrement des recettes, DPMER en sigle.

De leur part, les autorités de la province, après ces échanges ont salué le travail de ces mouvements citoyens et ont promis d’user de ces recommandations pour restaurer l’ordre dans cette cellule d’antifraude ; ceci avant de les annoncer que c’est désormais le vice-gouverneur de province Marc Malago qui devient le coordonnateur de cette cellule antifraude.

Elie Bigaba, JRI

1 thought on “Sud-Kivu : La lutte de mouvements citoyens paye, le vice-gouverneur devient le coordonnateur de la cellule antifraude

  1. AU VU DU RAPPORT QUE LES GROUPES DE PRESSION ONT SOUMIS AU VICE-GOUVERNEUR MARC MALAGO SUR LA DEGRADATION DES TRAVAUX DE LA CELLULE ANTIFRAUDE, LA SOLUTION QU’IL A PRISE DE DEVENIR LUI-MEME LE COORDONATEUR DE CETTE CELLULE EST DESTRUCTIVE: C’EST UN CUMUL DE FONCTIONS. ETANT POLITICIEN VICE-GOUVERNEUR, SA PLUS GRANDE TACHE EST DE FAIRE FAIRE LE TRAVAIL, ET PAS LUI TOUT FAIRE A LA FOIS. IL DEVAIT ENCOURAGER CES ACTIVISTES EN DONNANT CE POSTE DE COORDONATEUR ANTIFRAUDE A UN JEUNE PARMI EUX, QUI A SON TOUR DEVAIT EMPLOYER SES COLLABORATEURS AVEC QUI ILS ONT MENE CETTE ENQUETE BENEVOLEMENT A L’ACTIF DE LA PROVINCE. HIER IL ETAIT VICE-GOUVERNEUR, AUJOURD’HUI IL EST COORDO-ANTIFRAUDE, ET S’IL RECOIT DEMAIN UN RAPPORT ANALOGUE SUR L’OFIDA, DEVIENDRAIT-IL COORDO-OFIDA? C’EST UNE DECISION EGOISTE QUI N’AVANCE PAS LA PROVINCE. S’IL VOUS PLAIT, LAISSEZ LA CELLULE ANTIFRAUDE AUX JEUNES QUI ONT ENQUETE SUR LA MECONDUITE DE SES AGENTS; CES JEUNES ONT PROUVE LEUR COMPETENCES ET MERITES EN LA MATIERE. ENGAGEZ-LES TOUS, S.V.P!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.