Sud-Kivu : Des acteurs sociaux, hommes et femmes des médias s’engagent à lutter contre les VSBG

Les professionnels des médias et membres des organisations de la sociétés viennent de s’engager à promouvoir la collaboration entre eux pour s’impliquer et travailler ensemble dans la lutte contre les Violences Sexuelles et Basées sur le genre (VSBG) ainsi que contre l’impunité en République Démocratique du Congo. Ces derniers ont pris ces engagements à l’issue d’une table ronde organisée par l’organisation Journalistes pour les Droits Humains (JDH) en partenariat avec l’Ecole de Jounalisme, ETJ, ce mardi 08 décembre 2020 à Bukavu.

Des journalistes participants à ces assises se sont engagés à s’investir pour la protection des droits des femmes et filles à travers des animations régulières des emmisions Radio-télévisées, des spots publicitaires, des tribunes populaires et les publications.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Nous venons d’être outillés sur les techniques de couverture des questions liées sur les violences sexuelles et basées sur le genre. Je viens personnellement de m’engager à mettre en pratique la formation que je viens d’acquérir pour contribuer dans ma rédaction à la protection de droits des femmes et jeunes filles et lutter contre les violences sexuelles basées sur le genre car il nous est montré que celles-ci sont des fléaux qui constituent le goulot d’étranglement qui gangrainent la population tant rurale que urbaine », a dit le directeur de la Radio communautaire ” La colombe” de Nyangezi, Monsieur Heri Bahizire au sortir de ces assises.

Même son de cloche pour une autre participante et professionnelle des médias Merveille Kabambi qui se dit déterminer à participer de manière efficace et complète dans la lutte contre des VSGB dans ses activités cotidiennes en accordant régulièrement la parole aux femmes et aux filles qui sont parfois oubliées.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Je m’engage dès aujourd’hui à sensibiliser la populations sur les violences sexuelles et basées sur le genre car des techniques nécessaires pour y arriver viennent de nous être données par l’organisation JDH que d’ailleurs nous remercions infiniment », poursuit-elle.

De leur côté, des acteurs sociaux qui ont pris part à ses assises se sont engagés à collaborer avec des médias qu’ils qualifient de leur principal allié dans la lutte contre l’impunité et des VSBG en RDC.

« Nous en tant qu’organisation qui oeuvre pour la promotion des droits des femmes ensemble avec d’autres organisations présentes à cette activité d’aujourd’hui, avons pris certains engagements notamment la collaboration avec des médias en leur fournissant des informations liées aux VSBG chaque fois que nous les auront, nous rendre disponible tout le temps où les médias pourront avoir besoin de nous pour les sensibilisations et émissions allant dans ce domaine car nous les consideront dorénavant comme notre allié premier dans nos activités que nous auront à tenir dans le même secteur », a laissé entendre la coordinatrice de l’organisation Mwanamuke kesho, Mademoiselle Grâce Maroyi Malaika.

Signalons que la salle des formations de l’Ecole Technique de Journalisme (ETJ) situé dans le quartier Ndendere en commune d’Ibanda à Bukavu a servi de cadre à cette table ronde organisée dans le cadre du projet “Cadana Monde : La voix des femmes et des filles”.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.