Sud-Kivu : Déo Mashali dévoile les raisons des délestages du courant électrique en province

La ville de Bukavu endure de la gestion des déchets ménagers depuis un moment.  Ne disposant pas des poubelles publiques, les habitants se consacrent à jeter leurs déchets dans des canaux, rivière Ruzizi et dans le lac Kivu. En conséquence les eaux de ces cours d’eau transportent ces déchets jusqu’aux installations de la centrale hydroélectrique de Ruzizi I, qui occasionne la destruction des machines utilisées dans la production du courant électrique. Opportunité pour Déo Mashali, Directeur provincial de la Société nationale d’électricité (SNEL), d’interpeller la population à une gestion rationnelle des déchets pour protéger cette centrale hydroélectrique.

A en croire Déo Mashali, lors d’un entretien avec le reporter de Jambordc.info ce vendredi 8 mars 2019, ces déchets bloquent les machines et occasionnent des perturbations dans le fonctionnement normal de la centrale et provoque des délestages du courant électrique dans différents quartiers de la ville.

«Nous fonctionnons difficilement à tel enseigne que nous arrêterons toutes les activités pour nous intéresser seulement à nettoyer les grues des machines et pendant toutes ces opérations on est obligé d’arrêter la centrale. Cela constitue un manque à gagner pour la SNEL et pour toute la communauté » regrette-t-il

Notre source invite donc la population à ne pas jeter les déchets dans le lac Kivu et dans la rivière Ruzizi en vue de protéger la centrale hydroélectrique Ruzizi 1 dans le but obtenir le courant électrique en permanence.

« Nous appelons toute la population à être consciente de l’utilisation du lac Kivu et de la rivière Ruzizi en lieu et place du dépotoir public qui occasionne la diminution de la quantité de l’énergie électrique avec plusieurs délestages. On doit préserver l’écosystème du lac et de la rivière, pour permettre au barrage de la SNEL à être propre et produire beaucoup d’électricités et alimenter la population », exhorte-t-il.

Aux autorités, ce dernier recommande la création des poubelles publiques et d’effectuer le recyclage des déchets. Ceci pour participer à l’assainissement de la ville de Bukavu.

 

Elie Bigaba, JRI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.