Sud-Kivu : AFEM en table ronde avec les médias et acteurs sociaux sur les mécanismes de prévention des VSBG

Réfléchir sur les mécanismes et stratégies pour prévenir et éliminer les Violences Sexuelles et Basées sur le Genre (VSBG), tel est l’objectif principal d’une table ronde organisée par l’Association des Femmes des Médias (AFEM) sur la problématique des violences sexuelles et basées sur le genre avec un focus sur les violences domestiques enregistrées dans la province du Sud-Kivu. Cette table ronde a été organisée ce vendredi 11 décembre 2020 à l’intention des médias et d’autres organisations de la société civile et s’est tenue dans la salle de réunions de l’Institut Nationale de Préparation Professionnelle (INPP) situé à Labotte en commune d’Ibanda.

Dans sa présentation, la coordinnatrice de la rédaction Femme au Faune, Yvette Mushigo a souligné que cette table ronde entre dans le cadre de la campagne de 16 jours d’activisme de lutte contre les Violences sexuelles et basée sur le genre.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Il est question ici de s’interroger sur l’existence des VSBG dans notre province du Sud-Kivu. Il est triste de constater que la situation est déplorable car dans tous les secteurs de la vie en ce qui concerne la vie quotidienne de la femme qui subit toutes formes des violences que ça soit sexuelles et même basées sur le genre. Aujourd’hui une préoccupation est tournée vers les violences domestiques et économiques qui vulnérabilisent davantage la femme, il y a aussi les questions liées à l’accès à certains services sociaux, notamment celles éducationnelles, sanitaires, etc.», a expliqué Yvette Mushigo.

Cette dernière a à cette occasion fait savoir que l’activisme des groupes armés demeure l’un des indicateurs entrainant les violences sexuelles et basées sur le genre en occurence, des cas des femmes qui sont souvent enlevées, violées et même des coupeurs des routes qui dépouillent des femmes petites commerçantes.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

A cette dernière de souligner qu’à ces violences observées en province du Sud-Kivu s’ajoutent celles physiques, car selon elle plusieurs femmes sont toujours battues et privées de leurs droits.

Cependant, à l’issue des ses assises, plusieurs engagements ont été pris par les participants. Ceci dans le cadre de prévenir les violations et éliminer les VSBG, à savoir l’amplification des sensibilisations, faire connaître la violence aux femmes comme étant une violation des droits humains.

Signalons que cette table ronde a connue également la participation du ministre provincial du genre au Sud-Kivu Cosmos Bishisha qui a promis de mettre en marche toutes les batteries pour accompagner financièrement et techniquement des organisations qui interviennent dans la lutte contre les VSBG avec un accent particuluer sur AFEM qu’il dit être prêt à l’accompagner dans l’exercice de ses activités pour arrêter les cas des violences dans sa juridiction.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.