RDC: le P-DDRC-S dénombre 252 groupes armés locaux et 14 étrangers actifs dans 5 provinces de l’Est du pays

Deux-cents cinquante deux (252) groupes armés locaux et 14 étrangers sont présents et actifs dans cinq(5) provinces de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), à savoir l’Ituri, le Nord et Sud-Kivu, le maniema et le tanganyika. Cette revelation et du programme de désarmement, démobilisation, Relèvement communautaire et stabilisation (P-DDRC-S) dans un rapport de travail de suivi et évaluation de la situation sécuritaire qui se vit dans la partie Est du pays, rendu public le 18 avril 2023.

Dans ce rapport, le programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation, documente le nombre des groupes armés présents qui opèrent dans l’Est de la République Démocratique du Congo.  Le coordonnateur de ce programme de suivi et evaluation,Tommy Tambwe a révélé ces chiffres qui frustrent plus d’un commun des mortels dont 252 groupes armés locaux et 14 étrangers au total, en rapport avec ce travail qui a été produit qui relève de manière très détaillée que la province de Tanganyika compte 19 groupes armés nationaux, zéro groupe étranger, le Maniema 20 groupes armés, zéro groupe étranger, le Sud-Kivu 136 groupe armés dont 5 étrangers, le Nord-Kivu a 64 groupes armés dont 7 étrangers et l’Ituri a 20 groupes armés dont deux étrangers. Ce qui fait un total de 252 groupes armés locaux et 14 groupes armés étrangers.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

En réaction à ce sujet ce mercredi 19 avril, Pascal AMANI, juriste et analyste politique de son état pense que la présence multiples des groupes armés en RDC est dûe à la faiblesse des stratégies sécuritaires quo remontent depuis la periode post-coloniale.

Le P-DDRC-S dit disposer d’une cartographie des groupes armés qui va lui permettre de mener le travail de démobilisation, mais il se pose encore le problème de moyens logistiques de base.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Signalons que c’est depuis plus de deux ans durant que la mise en œuvre du programme de désarmement et démobilisation peine à se matérialiser, alors que naissent des nouvelles milices dans l’Est du pays, bien avant la mise en place de cette structure P-DDRC-S.

Marcus Bashonga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.