RDC : Le ministère de l’intérieur désapprouve tous les actes posés par Gabriel Kalonda, Vice-gouverneur du Sud-Kivu

RDC : Le ministère de l’intérieur désapprouve tous les actes posés par Gabriel Kalonda, Vice-gouverneur du Sud-Kivu

Faut-il comprendre que dans la Province du Sud-Kivu, tout a commencé par un climat de tractations entre le Chef de l’exécutif provincial, Marcellin Cishambo et les députés provinciaux. Une motion de censure sera initiée contre lui par un groupe des députés pendant qu’une pétition bouillonnait à l’extérieur, sous l’égide d’un bloc de quelques membres de l’opposition dite G7.

Alors qu’il est attendu pour répondre devant les élus provinciaux, Cishambo est vite interpellé à Kinshasa par le ministère de l’Intérieur dont il bénéficie un soutien très affiché. Les initiateurs de la motion en voient une tentative d’étouffer sa déchéance par Kinshasa.

En date du 19 juillet, plusieurs sources vont annoncer la démission du gouverneur Cishambo, une nouvelle que le gouvernement central ne confirme ni n’infirme. Toutefois, le Porte-parole du gouvernement, Lambert Mende,  indiquera qu’ « il pourrait s’agir d’une démission dans le cadre de la publication du calendrier de nouvelles élections de gouverneurs concernant onze provinces de la RDC ». Mende s’est ainsi référé au communiqué de la CENI publié le 18 juillet 2017.

Le vice-gouverneur, Gabriel Kalonda Mbulu, va signer deux arrêtés et actes de nomination à différents postes au cabinet du gouverneur et dans plusieurs autres services en provinces, dès le 20 juillet. C’est par exemple, la nomination des Directeur et son adjoint au cabinet du gouverneur, la nomination d’un Directeur provincial et son adjoint à la Direction provinciale de mobilisation et d’encadrement  des recettes (DPMER) ; pour ne citer que ceux-là.

La Société civile a monté au créneau, qualifiant cette attitude du Vice-gouverneur d’illégale car, selon cette structure citoyenne, le gouvernement étant démissionnaire.

Sous un silence, le ministère de l’Intérieur était-il d’accord avec Gabriel Kalonda ?

Certainement pas. Emmanuel Shadary, le vice-premier ministre et patron de la territoriale désapprouve le zèle du Vice-gouverneur du Sud-Kivu.

Dans une correspondance adressée à M.Kalonda en date du 25 juillet, le ministre de l’Intérieur retire tous les actes posés par « l’intérimaire de Cishambo », estimant qu’ils ne relèvent pas de sa compétence et sont, par conséquent,  irréguliers. Dans ce document, le Vice-premier ministre semble ne pas reconnaitre Gabriel Kalonda comme intérimaire mais plutôt sa qualité de Vice-gouverneur du Sud-Kivu.

Pendant ce temps, la Ceni poursuit avec les activités conformément à son calendrier pour doter la Province d’un autre Chef de l’exécutif dans les prochains jours.

En rappel, près de 9 candidatures aux postes de gouverneur et gouverneur adjoint ont été déposés au Bureau de réception et de traitement de candidatures à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Sud-Kivu.

Jean-Marie Mulume

Jambo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.