RDC : Le BCNUDH documente 14% de baisse des violations et atteintes aux droits de l’homme dans son rapport du premier semestre 2021

La République Démocratique du Congo a enregistré une amélioration dans l’évaluation des cas de violations et atteintes aux droits de l’homme, notifiée au cours du premier semestre de l’année en cours, 2021. Cette révélation a été faite dans un rapport du Bureau Conjoint des Nations Unies aux droits humains dont une copie est parvenue à la rédaction de Jambordc.info, ce vendredi 6 Août 2021.

Selon l’esprit de ce document, la RDC a enregistré une une baisse du pourcentage en matière de violation des droits humains soit 3.276 cas dans 6 mois sur l’ensemble du territoire national, évalué à un taux de 14% comparativement aux semestres précédents: “juillet-décembre 2020”, ainsi que le rapport de la même période allant de janvier-juin 2020, faisant état de 20%.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

À en croire le BCNUDH, ce résultat indique une amélioration du nombre des violations attribuables aux agents de l’État, ainsi que d’atteintes attribuables aux groupes armés ce qui révèle une avancée plus ou moins positive de la situation des droits de l’homme dans les provinces en proie à l’insécurité.

«Le BCNUDH réitère son appel au gouvernement et au parlement d’accélérer leurs efforts visant à parachever les réformes dans le domaine de la protection des défenseurs des droits de l’homme et des lanceurs d’alerte, de l’accès de l’information et de la dépénalisation des délits de presse ainsi qu’en faveur de la liberté de manifestation et d’association» lit-on dans ce rapport .

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Cet office des Nations Unies pour les droits humains,  a fait savoir que cette tendance se justifie par une diminution des violations des droits de l’homme dans le contexte de la mise en œuvre des mesures barrières pour la lutte contre la pandémie à Covid-19.

Cependant, quoi que la RDC ait enregistrée une diminution au premier semestre de cette année 2021, le BCNUDH reste préoccupé par la question des violences sexuelles liées aux conflits qui affectent majoritairement des femmes et des filles.

Par ailleurs, dans le même rapport le BCNUDH exprime son inquiétude sur le risque que de tels cas se multiplient alors que le pays s’engage dans des débats très sensibles notamment sur la nationalité et la composition de la CENI à la vieille des échéances électorales.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.