Nord-Kivu : controverse autour du montant de 50$ comme frais participation aux examens d’État

L’arrêté du gouverneur de province du Nord-Kivu signé le 12 février dernier fixant les frais de participation à l’examen d’Etat cette année à 130 000 francs congolais, soit 50 USD, fait l’objet d’une controverse. Plusieurs acteurs en province estiment que cet arrêté ne tient pas compte des conditions difficiles que traversent les parents du Nord-Kivu depuis le début de la guerre.

Pour eux, le gouvernement central devrait plutôt supporter ces frais, non seulement pour les enfants déplacés, mais aussi pour tous les finalistes car toute la population subit les conséquences de la guerre.

Dans un point de presse animé, lundi 19 février à Goma, la conseillère principale du gouverneur du Nord-Kivu en matière de l’Education, Prisca Luanda, a affirmé que le travail d’identification des finalistes déplacés est en cours.

« J’ai dit à tous les services techniques de préparer la liste des enfants finalistes qui sont en déplacement. Et nous allons encore transmettre ces listes parce que la province n’est pas compétente pour exonérer les finalistes des frais de participation à l’examen d’Etat. C’est de la compétence du Gouvernement central, qui peut nous donner l’ordre aujourd’hui, de ne pas faire payer ces frais-là, » a-t-elle indiqué.

Pour Prisca Luanda, il appartient au Gouvernement central de prendre la décision d’exonérer tous les finalistes en cette période où la province est en difficulté :

« Si le Gouvernement central pouvait exonérer tous les enfants du Nord-Kivu, nous allons accueillir cette décision à bras ouverts parce que nous savons que nous tous nous sommes presque déplacés ; la province du Nord-Kivu est asphyxiée et nous tous nous sommes presque dans la même situation que les déplacés que nous avons reçus, ».

Elle a précisé en outre que les frais de participation à l’examen d’Etat sont fixés par le comité provincial de l’EPST qui propose les frais à payer au gouverneur de province.

Ce comité comprend les services techniques de l’éducation, les délégués des parents, des enseignants et de la société civile.

L’année dernière (2022-2023), ces frais étaient fixés à 94 000 francs congolais.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.